Skip to content →

Catégorie : coups de gueule

Les mots du Covid: «présentiel» et «distanciel»

chronique « les mots ont un sens »

J’avais déjà fait un petit billet sur la stupide expression « distanciation sociale » qui a fait florès au printemps 2020. Je veux aujourd’hui me pencher sur les deux termes antagoniques qui sont apparus également durant cette crise sanitaire et semblent aujourd’hui avoir toujours existé, tant le peuple est matraqué en ce sens.

La crise, et les confinements qui l’accompagnent, ont plongé une grande partie des travailleurs dans l’obligation – au moins durant le premier confinement – de télétravailler. Les écoles et universités fermées ont également contraints des millions d’élèves à travailler sur leur tablette et leur ordinateur (quand ils en ont un ou une!). Ce sont donc des millions de personnes qui n’ont pas eu d’autre choix possible que celui du télétravail. Je reviendrai dans une prochaine chronique sur ce sujet. Ce qui m’intéresse présentement est la naissance des deux affreux néologismes, «présentiel» et «distanciel». Hors le fait que ces mots sont euphoniquement très moches, ils sont tout à fait révélateur de ce que Orwell, dans son prémonitoire roman, 1984, appelait le «nov-langue» ou le «néo-parler». Il faut être un pur technocrate, abêti malgré de si longues études, pour croire qu’il suffit d’inventer des termes pour dominer le réel. Ces deux mots sont censés régler de manière administrative les problèmes concrets. «On» décide que telle ou telle activité sera faite « en présentiel» ou « en distanciel », et la question est réglée. Ces mots froids et laids sont des paravents derrière lesquels on cache l’absence d’humanité de la situation présente.

Le schéma ci-dessus illustre assez bien le rapport technique dénué de toute humanité, appliqué à l’enseignement

Je ne veux pas condamner le télétravail ou les visio-conférences, pas plus que certains cours à distance, puisque les circonstances l’exigent. Mais il faut d’abord avoir conscience que c’est uniquement un pis-aller, une roue de secours. Il faut dire, redire et proclamer que le «présentiel» n’existe pas; ce qui est existe est la personne humaine et l’incarnation de chaque individu. Pourquoi employer cet affreux mot présentiel, alors qu’on peut dire «en personne», ou «en chair et en os»? Certes c’est un peu plus long, mais justement, à cause de cette crise, nous avons le temps, donc on peut oser dire trois petits mots en plus. C’est l’Autre qui m’aide à me construite et à être pleinement moi. Or, l’Autre n’est jamais cette image sur un écran, il est un complexe de chair et de sang, de corps et d’âme, et même d’esprit. L’esprit ne saurait être compatible avec zoom. Ma position radicale est qu’il vaudrait mieux se passer de tout usage de ces techniques-béquilles, car, en les utilisant, même à reculons, nous préparons, à très court terme, un avenir glacial de zombies numériques.

Il faut refuser d’employer ces mots stupide, au même titre que toute une flopée d’autres que la crise sanitaire fait fleurir dans le cerveau des pseudo-élites qui croient nous gouverner. Même le vocabulaire courant est un lieu de résistance. Céder, par conformisme, par manque de réflexion ou par pure bêtisolâtrie, à la démagogie technocratique et verbale, c’est renoncer encore un peu plus à la liberté que le pouvoir grignote chaque jour par des décrets et lois votées ou adoptés en toute discrétion. Relisez donc La ferme des animaux de Georges Orwell: si vous ne comprenez pas le risque, c’est que vous êtes déjà perdus pour le camp de la liberté critique.

Jean-Michel Dauriac

Leave a Comment

Un bel exemple de pensée unique: Le monde en face et « Tu deviendras hétéro mon fils »

Mardi 8 septembre: France 5 diffuse un documentaire inédit sur les « thérapies de conversion », suivi d’un débat animé par Marina Carrère d’Encausse.

Le film, d’une durée de 1 h 10, suit trois jeunes hommes qui témoignent de leurs douloureuses expériences de ces méthodes qui visent à rééduquer ou guérir les homosexuels de leur maladie ou perversion. ces témoignages sont accablants et personne d’honnête ne peut les rejeter ou les remettre en cause: ce qui a été fait à ces personnes est infâme, quelles qu’en soient les bonnes raisons des parents qui les ont initiées. Au-delà des témoignages, les auteurs du films montrent l’autre versant du combat, les groupes chrétiens qui mènent au nom de la bible la lutte contre ce péché. Evidemment la présentation est à charge, il ne s’agit pas d’un reportage objectif, mais d’une dénonciation. Les chrétiens présentés sont ridiculisés, par le biais des cadrages et du montage. Si l’on a compris ce biais, c’est un bon documentaire, car on y apprend l’existence de faits abominables et on peut toucher du doigt la bipolarisation de la société américaine, qui en fait que prophétiser ce qui arrive en France. On y voit un pays où des gens se livrent à une vraie guerre psychologique, un pays qui est détruit de l’intérieur.

A la suite de ce film, les programmes télé et la chaîne annoncent un débat, que je m’empresse de regarder, pour y voir confrontés les deux positions montrées dans le film. Mais de débat il n’y aura point. Je comprends très vite que els quatre invités appartiennent au même réseau et ont été invités pour cela, une sorte de package pour défendre les idées du documentaire. Quand à Marina, elle se livre au même exercice que dans le journal ou le magazine de la santé, sur la même chaîne: un exercice parfait de pensée unique, de pseudo-progressisme qui adopte toutes positions de la doxa dominante (soit une pensée de gauche, ou du moins de ce qu’il en reste sous ce nom, soutenue urbi et orbi par tous les journaliste influentes, de droite comme de gauche, car la gauche a gagné la bataille des médias des milliardaires, ce qui est quand même un drôle de paradoxe qui doit bien faire marrer Jaurès!).

Pendant une demi-heure, les quatre membres de la même équipe présentent la nécessité d’une loi qui interdisent ces thérapies de conversion, alors même que les protagonistes reconnaissent qu’il n’y pas de telles sessions en France. Il s’agit donc de faire une loi qui interdise préventivement un fait qui n’existe pas, comme le reconnaît la député LREM qui l’a proposée, une député tout à fait représentative de ce parti sans queue ni tête, donc sans autre colonne vertébrale que l’élection du petit prince de l’Elysée. Le domaine sociétal est d’ailleurs le seul où tous ces pseudo-progressistes autoproclamés le soient, car ils ne le sont point du tout dans le domaine social et économique. Aucun représentant du camp adverse n’a été invité, alors même que l’Eglise catholique est mise en cause par le témoin principal et que Marina tente de faire accuser les Eglises évangéliques de ces pratiques. Voilà un magnifique exemple de ce que l’on appelle la liberté d’expression dans les médias nationaux publics de notre pays: le droit de propagande sans aucune contradiction à un lobby particulier, ici les LGBT.

Il faut maintenant que je dise clairement que c’est la méthode utilisée qui est insupportable: cet usage propagandiste déguisé de la télévision publique, ce déni de pluralisme sans cesse répété, cette moraline à sens unique. je sais fort bien qu’en écrivant ceci et en employant le mot « moraline », par exemple, je vais être immédiatement catégorisé comme « extrême-droite », ce qui fait bien rigoler l’anar que je suis depuis toujours. Car, sur le fond, je suis offusqué par ces pratiques, qui déconsidèrent la cause chrétienne, et bafouent notre bien le plus précieux, la liberté. Mais ceux qui font de telles émission la bafouent tout autant et, de surcroît, se pensent dans le camp du Bien! Une véritable émission d’information aurait donné du temps et provoqué une rencontre entre les invités présents et des médecins,d es psychologues, des religieux de toutes positions et on aurait remplacé la tièdasse Marina par un véritable journaliste. mais, comme le dit le titre d’une autre émission télévisée du service public, « Faut pas rêver ».

Sera-t-il encore possible de parvenir à une société apaisée où ceux qui veulent vivre une autre sexualité ou « identité de genre » (comme répété plusieurs fois dans le « débat » de ce soir) puisse le faire sans danger, mais aussi sans que l’on tente de nous faire croire que la vraie sexualité est celle-là, alors que la très grande majorité des Français sont hétérosexuels et heureux de l’être. Ce qui est dangereux est le mauvais combat que mènent des militants qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes au nom de leur vécu. Que ces gens relisent le livre de Voltaire qu’ils sont allés acheter comme des moutons après les attentats de Charlie et du Bataclan, ils y trouveront exactement ce que je dis: une tolérance totale pour leurs modes de vie et de pensée, mais aussi le refus d’y adhérer au nom de la même liberté qui nous les fait défendre.

En tout cas, ce n’est pas avec ce genre de soirée télévisée totalement partisane que l’on fera avancer la paix civile dans notre pays.

Leave a Comment

A ceux qui ignorent le sens des mots: « distanciation sociale », un monstre sémantique

Durant deux mois de claustration sanitaire, nous avons subi, au travers des journaux d’informations, papier ou autre, un bombardement de néologismes, de termes anglais adoptés sans aucun discernement et des formules totémiques absurdes.

L’expression « distanciation sociale » est sans doute l’exemple le plus frappant de l’absurdité médiatique. mais il est aussi significatif que cela ait été repris par tous sans aucune analyse. le panurgisme de nos pseudo-élites est impressionnant.

La notion de « distanciation » est claire: ils ‘agit du fait de mettre à distance. le terme a beaucoup été utilisé à propos du théâtre de Bertold Brecht. Un entomologiste met à distance l’insecte qu’il étudie pour l’observer au microscope ou dans un milieu quelconque. On juge de tel ou tel événement avec distanciation, si l’on est peu impliqué dedans ou si l’on a suffisamment de maîtrise de soi pour prendre du recul. Bref, la distanciation implique l’acrt, l’éloignement objectif.

Le mot « social » est relatif à ce qui touche une société; une société se sont des gens qui vivent en proximité car ils ont et veulent avoir des rapports humains? Un ermite se place hors ud jeu social, un prisonnier mis en isolement est désocialisé par sanction. Le social implique la proximité et la relation.

Cette expression est sans doute un emprunt stupide à l’anglais

Mais mettez ensemble « distanciation » et « social », et vous obtenez un non-sens sémantique, ce que l’on nomme dans le catalogue des figures de style, un oxymore. Sauf que l’oxymore est le plus souvent volontaire, pour produire un effet. Là, dans le contexte de l’épidémie, nul effet n’était recherché, les gens à la manoeuvre n’étant pas des poètes et des littérateurs. Ils ont simplement accolé ensemble deux termes qu’il ne faut pas marier et ont commencé à diffuser cette consigne débile. Si on les comprend, pour protéger l’autre, le « socius », mon partenaire de société, il faut s’éloigner de lui. il faut rompre le social pour manifester un comportement altruiste. La distanciation est la mort du social, son exact contraire. Et voilà comment des millions de gens ont usé d’une expression qui dit exactement le contraire de ce qu’elle est censée vouloir dire. Et ce n’est qu’un petit exemple entre milles de la bêtise ordinaire démultipliée par la loup médiatique.

Quand une fois de plus, l’absurde est garanti par le gouvernement!

Veillons donc, d’abord, au sens des mots. Nous savons qu’ils peuvent caresser comme blesser ou tuer. un mésusage des termes peut avoir de très graves conséquences: des livres savants entiers ont été écrits sur ce sujet. La tourmente médiatique nous emporte sans cesse et nous ôte notre capacité à vivre justement la distanciation nécessaire avec ces termes et ces expressions En son temps Léon Bloy, le génial imprécateur catholique a écrit une brillante « Exégèse des lieux communs »; des décennies plus tard, Jacques Ellul a produit, dans son sillage, une « Nouvelle exégèse des lieux communs ». Ces livres sont en evnte libre, on peut et on doit les lire pour se prémunir.

Depuis la fin du confinement, sans doute alertés par un quelconque académicien jovial, les crocodiles du marigot médiatique et politique parlent, à juste titre de « distance physique » à respecter. Ils se seraient honorés d’y réfléchir avant.

One Comment