Skip to content →

A ceux qui ont rêvé d’un monde d’après…

A vous qui avez rêvé un instant que l’épisode que nous venons de vivre puisse amener à un monde meilleur, voici la preuve que le monde d’après sera le même que le monde d’avant, peut-être même en pire. Cet article était en page une du supplément éco du Figaro jeudi dernier. Savourez le comme un morceau de choix de l’absurdité de notre monde :

La décence ordinaire imposerait au moins de taire cette monstruosité, et surtout, de conclure par cette dernière phrase qui est une grande claque dans la gueule des travailleurs qui ont fait vivre la France pendant le confinement.

Oui, la lutte continue plus que jamais pour ceux qui croient qu’un monde plus juste est nécessaire, quel que soit leur drapeau. Le mien est évangélique et regarde du côté du Sermon sur la Montagne : à cette aune-là ce petit article est un skandalon que Jésus condamne.

Jean-Michel Dauriac

Le Figaro – jeudi 4 juin 2020

UNE-ECO

Pour la première fois, le PDG le mieux rémunéré du S&P 500 est une femme

INGRID VERGARA

Son nom ne vous dit peut être rien. Lisa Su (photo) dirige pourtant l’une des plus grandes sociétés américaines, le fabricant de semi-conducteurs Advanced Micro Devices (AMD), dont les puces équipent ordinateurs et smartphones dans le monde entier. En octobre 2014, cette femme, ingénieure, formée au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), d’origine taïwanaise, a été nommée PDG, un fait déjà notable en soi, tant les femmes occupant un poste de ce niveau dans les grands groupes, a fortiori technologiques sont rares. En 2019, elle est même devenue la PDG la mieux rémunérée du S&P 500, l’indice qui rassemble les plus grandes sociétés cotées tous secteurs confondus. D’après un classement annuel réalisé par la société Equilar, Lisa Su a touché 58,5 millions de dollars, soit quatre fois plus qu’un an auparavant. Pourquoi un tel

bond ? En 2019, l’essentiel de son « package » salarial a reposé sur une attribution unique basée sur les performances de la société. Or, lorsque Lisa Su a pris les rênes de cette société rivale d’Intel, AMD était en perte de vitesse, faute d’un positionnement adapté à l’évolution du marché. En quatre ans, AMD a su redresser la barre en créant des puces et cartes graphiques pour le secteur porteur des consoles de jeux vidéo, pour la réalité virtuelle et pour les serveurs, avec ses processeurs Ryzen. Résultat, depuis son arrivée à la direction de l’entreprise, l’action AMD a gagné 1 900 %. Les résultats 2019 ont été les meilleurs depuis 2011, et le groupe gagne des parts de marché. À 50 ans, Lisa Su récolte les fruits de son travail[1]. Et entre dans l’histoire des nouvelles technologies. INGRID VERGARA

note : [1] Que doivent penser les travailleurs ordinaires du fruit de leur travail, face à ces chiffres ; les personnels de santé réclament au moins 300€ d’augmentation par mois ! 58 M de $, ça en fait des 300 € 

Published in coups de gueule

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *