Skip to content →

Un été avec Colette

Antoine Compagnon (de l’Académie française) 

Equateurs parallèles & France Inter, 2022, 14 €.

Chaque été, France Inter fait appel à un écrivain pour construire un feuilleton autour d’un auteur ou d’un thème. Ces émissions sont ensuite transformées en livre par leurs auteurs sous le titre générique « un été avec… ». Antoine Compagnon est un spécialiste de ce genre, ayant déjà livré Un été avec Montaigne, Un été avec Baudelaire et Un été avec Pascal. Le dernier, sorti en mai 2022 s’intitule Un été avec Colette.

Colette a été un écrivain très célèbre, et même populaire, dans les années 1950 et 1960. Elle avait alors gagné le titre de grand écrivain français et fut choisie pour donner naissance à moultes dictées de Cours Moyen et de Certificat d’étude, de leçon de grammaire dans les manuels, ainsi que des larges extraits dans les livres de lecture. Puis vint mai 1968 et son grand coup de balai, et Colette commença à tomber inexorablement dans un oubli progressif, du moins dans le vaste public scolaire et populaire. C’est un destin tragique qu’ont partagé avec elle François Coppée, Anatole France ou Erckhmann-Chatrian, pour ne pas citer Hector Malot. Ce phénomène n’a d’ailleurs rien à voir avec le talent de ces auteurs, c’est un simple phénomène de mode.

Mais Colette a connu un regain d’intérêt avec le néo-féminisme des années 2000, comme George Sand. Rappelons que les deux n’ont jamais revendiqué un quelconque féminisme, mais simplement la liberté et l’égalité de traitement. Ce livre s’inscrit dans ce regain de popularité.

Le propre de ces ouvrages est d’être structuré en courts chapitres thématiques, qui correspondent au format radiophonique. Ce qui rend le livre très facile à lire. L’ensemble constitue une biographie rapide qui dégage l’essentiel à connaître sur un auteur.

Gabrielle Sidonie Colette est une enfant de la Puisaye, petite région naturelle du Nord-ouest de la Bourgogne, non loin de l’entrée occidentale du Plateau de Langres. Pays humide de bocage, il offre un relief collinaire boisée dont les environs de Saint-Sauveur en Puisaye, village natal de Colette, sont un parfait exemple. C’est dans ce cadre rustique que vécut la jeune fille jusqu’à ses dix-huit ans, dans sa maison natale, aujourd’hui devenue Musée National. De cette origine, elle gardera un accent rocailleux et une passion pour la nature. Cette veine naturaliste en fera donc l’auteur de très belles descriptions campagnardes, parfaits textes de dictées républicaines.

Tout au long du livre, Antoine Compagnon déroule une existence qui fut multiforme, commençant par une vie de femme mariée exploitée dans son talent naissant d’écrivain, par son mari, Willy, qui signa la série des Claudine de son nom. Apprentissage de la vie parisienne, de l’écriture, de l’adultère de son époux… ces années ne sont pas d‘une folle gaîté. Quand Colette se sépare de son époux, elle inaugure ce qu’on pourrait appeler sa vie de saltimbanque et de femme libre – lisez celle des amours saphiques -, celle où elle se fera connaître par le scandale de sa poitrine dénudée sur scène et de ses amours féminines. Cette période dure quelques années seulement, mais elles ont contribué à la légende de Colette.

Peu à peu la jeune femme se range et devient une journaliste très appréciée et un écrivain dont la renommée ne cesse de grandir. Elle se mariera trois fois et finira révérée comme la grande prêtresse des lettres françaises, avec des obsèques nationales en guise d’adieu. Pour résumer elle est passé du scandale du music-hall à la respectabilité du jury Goncourt.

Compagnon sait choisir ses thèmes et s’appuie sur une bonne connaissance du travail de Colette, avec de très nombreuses citations qui émaillent son texte. Son travail est sérieux et agréable à lire, mais il manque totalement de recul critique, ce que le cadre feuilletonesque d’une radio nationale explique aisément.

En effet, la dernière page tournée, il faut bien avouer que mon sentiment vis-à-vis de Colette est très partagé. D’un côté, on ne peut que respecter ce beau parcours d’une femme qui n’avait en poche que le certificat d’études primaire et devint une des reines de notre langue. Mais, de l’autre, je n’éprouve aucune vraie sympathie pour ce personnage qui revendique d’incarner un égoïsme sourcilleux. On ne la sent jamais en communion avec le peuple et quelque grand idée que ce soit. Elle est un témoin, pas une actrice de la vie sociale et politique. Selon le mot de Desproges, elles est une artiste « dégagée ».

Il vous faut donc lire ce petit livre pour vous faire votre propre opinion sur Colette. Il constitue une très belle porte d’entrée sur le personnage et son œuvre.

Jean-Michel Dauriac – septembre 2022.

Published in les critiques les livres: essais

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.