Skip to content →

Guitare au féminin

Emilia Giuliani – Oeuvres complètes pour guitare – Tactus – 2020. 2 cd (67’32 & 70’05).

Ce disque permet de mettre le projecteur sur une instrumentiste-compositrice de l’époque romantique, Emilia Giuliani (1813-1850), fille du grand musicien-compositeur Mauro Guiliani. Elle pourrait appartenir à la catégorie des enfants prodiges, puisqu’elle se produisit très jeune sur scène : sa technique guitaristique est louée par tous les critiques de l’époque. Morte précocement (37 ans), elle a cependant eu le temps de laisser une série d’œuvres pour guitare seule, que ce disque donne à entendre.

Emilia G. est une compositrice romantique italienne. La plupart des morceaux sont des variations autour d’airs d’opéras de Bellini (une seule autour de Rossini). La variation était un genre très en vogue au XIXème siècle, car il plaisait au public qui reconnaissait des airs à succès (il s’agit d’un premier pas vers l’improvisation libre sur des standards que pratiquera le jazz au XXème siècle). Emilia G. maîtrise parfaitement ce genre. Elle sait alterner les lignes mélodiques entre grave-médium et aigu, mêler séquences en accords et arpèges. Selon son modèle Bellini, les lignes sont très chantantes. Son vrai travail de compositrice est à découvrir dans les 6 préludes op. 46. S’inscrivant dans la lignée des grands auteurs du genre, notamment Bach, elle y apporte cependant des touches étonnantes de modernité (écouter le prélude n°6, qui sonne très contemporain).

L’interprétation de Federica Artuso est tout à fait remarquable, elle fait vraiment corps avec cette musique. Ma seule réserve vient du choix d’une guitare René Lacote de 1830, que je trouve, personnellement un peu mate, manquant de coffre. La prise de son est très claire.

Une grande partie des oeuvres de la compositrice a été perdue. Ce qui est ici reproduit en constitue qu’une production fort incomplète de la créatrice.

Cependant, ce double album permet à Emilia Giuliani de prendre place parme les grands compositeurs pour guitare seule.

J.M. Dauriac (pour le magazine Clic.Musique!)

Published in la musique les critiques

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.