Skip to content →

Le prix de la purification

Méditations de sortie de l’Arche 5

La version enregistrée est ici:

Lecture de base : Esdras 6 : 7 et 12 .

« 7  Laissez continuer les travaux de cette maison de Dieu ; que le gouverneur des Juifs et les anciens des Juifs, la rebâtissent sur l’emplacement qu’elle occupait.

8  Voici l’ordre que je donne touchant ce que vous aurez à faire à l’égard de ces anciens des Juifs pour la construction de cette maison de Dieu : les frais, pris sur les biens du roi provenant des tributs de l’autre côté du fleuve, seront exactement payés à ces hommes, afin qu’il n’y ait pas d’interruption.

9  Les choses nécessaires pour les holocaustes du Dieu des cieux, jeunes taureaux, béliers et agneaux, froment, sel, vin et huile, seront livrées, sur leur demande, aux sacrificateurs de Jérusalem, jour par jour et sans manquer,

10  afin qu’ils offrent des sacrifices de bonne odeur au Dieu des cieux et qu’ils prient pour la vie du roi et de ses fils.

11  Et voici l’ordre que je donne touchant quiconque transgressera cette parole : on arrachera de sa maison une pièce de bois, on la dressera pour qu’il y soit attaché, et l’on fera de sa maison un tas d’immondices.

12  Que le Dieu qui fait résider en ce lieu son nom renverse tout roi et tout peuple qui étendraient la main pour transgresser ma parole, pour détruire cette maison de Dieu à Jérusalem ! Moi, Darius, j’ai donné cet ordre. Qu’il soit ponctuellement exécuté. »     

La dernière méditation sur Esdras (en ligne sur le site) nous avait donné à voir le triomphe du mal et des ennemis des Hébreux. Leurs manœuvres avaient convaincu le grand roi Artaxerxès. Ils recommencent leurs attaques auprès de Darius, son successeur. Mais, à leur grande surprise, le résultat fut tout à fait inverse. Nous venons de lire les versets 6 à 12 du chapitre 6 qui reprennent les termes de la lettre du roi. C’est une victoire totale, avec une confirmation et même un renforcement de la position des Hébreux. Ceci nous enseigne évidemment que le temps de Dieu n’est pas le temps des hommes et que la Bible est là, par ses exemples, pour nous enseigner à la comprendre par l’Esprit.

Pour en savoir plus sur ce sujet, voir : Cahiers Evangile 187, mars 2019, Editions du Cerf, Temps de Dieu, temps des hommes.

Donc, la mission est accomplie victorieusement. La vie va reprendre, avec ses projets et ses occupations.

  • Les Hébreux veulent aussi relever les murailles de Jérusalem, pour protéger le Temple. C’est le contenu majeur du livre de Néhémie.
  • Ils veulent en même temps vivre sur leurs terres, selon le culte restauré et la loi de Moïse retrouvée.

Lecture de base 2 : Chapitre 9 et 10 d’Esdras.

« 9 : 1   Après que cela fut terminé, les chefs s’approchèrent de moi, en disant : Le peuple d’Israël, les sacrificateurs et les Lévites ne se sont point séparés des peuples de ces pays, et ils imitent leurs abominations, celles des Cananéens, des Héthiens, des Phéréziens, des Jébusiens, des Ammonites, des Moabites, des Egyptiens et des Amoréens.

2  Car ils ont pris de leurs filles pour eux et pour leurs fils, et ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ; et les chefs et les magistrats ont été les premiers à commettre ce péché.

3  Lorsque j’entendis cela, je déchirai mes vêtements et mon manteau, je m’arrachai les cheveux de la tête et les poils de la barbe, et je m’assis désolé.

4  Auprès de moi s’assemblèrent tous ceux que faisaient trembler les paroles du Dieu d’Israël, à cause du péché des fils de la captivité ; et moi, je restai assis et désolé, jusqu’à l’offrande du soir.

5   Puis, au moment de l’offrande du soir, je me levai du sein de mon humiliation, avec mes vêtements et mon manteau déchirés, je tombai à genoux, j’étendis les mains vers l’Eternel, mon Dieu,

6  et je dis : Mon Dieu, je suis dans la confusion, et j’ai honte, ô mon Dieu, de lever ma face vers toi ; car nos iniquités se sont multipliées par-dessus nos têtes, et nos fautes ont atteint jusqu’aux cieux.

7  Depuis les jours de nos pères nous avons été grandement coupables jusqu’à ce jour, et c’est à cause de nos iniquités que nous avons été livrés, nous, nos rois et nos sacrificateurs, aux mains des rois étrangers, à l’épée, à la captivité, au pillage, et à la honte qui couvre aujourd’hui notre visage.

8  Et cependant l’Eternel, notre Dieu, vient de nous faire grâce en nous laissant quelques réchappés et en nous accordant un abri dans son saint lieu, afin d’éclaircir nos yeux et de nous donner un peu de vie au milieu de notre servitude.

9  Car nous sommes esclaves, mais Dieu ne nous a pas abandonnés dans notre servitude. Il nous a rendus les objets de la bienveillance des rois de Perse, pour nous conserver la vie afin que nous puissions bâtir la maison de notre Dieu et en relever les ruines, et pour nous donner une retraite en Juda et à Jérusalem.

10  Maintenant, que dirons-nous après cela, ô notre Dieu ? Car nous avons abandonné tes commandements,

11  que tu nous avais prescrits par tes serviteurs les prophètes, en disant : Le pays dans lequel vous entrez pour le posséder est un pays souillé par les impuretés des peuples de ces contrées, par les abominations dont ils l’ont rempli d’un bout à l’autre avec leurs impuretés ;

12  ne donnez donc point vos filles à leurs fils et ne prenez point leurs filles pour vos fils, et n’ayez jamais souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, et ainsi vous deviendrez forts, vous mangerez les meilleures productions du pays, et vous le laisserez pour toujours en héritage à vos fils.

13  Après tout ce qui nous est arrivé à cause des mauvaises actions et des grandes fautes que nous avons commises, quoique tu ne nous aies pas, ô notre Dieu, punis en proportion de nos iniquités, et maintenant que tu nous as conservé ces réchappés,

14  recommencerions-nous à violer tes commandements et à nous allier avec ces peuples abominables ? Ta colère n’éclaterait-elle pas encore contre nous jusqu’à nous détruire, sans laisser ni reste ni réchappés ?

15  Eternel, Dieu d’Israël, tu es juste, car nous sommes aujourd’hui un reste de réchappés. Nous voici devant toi comme des coupables, et nous ne saurions ainsi subsister devant ta face.

10 :1  Pendant qu’Esdras, pleurant et prosterné devant la maison de Dieu, faisait cette prière et cette confession, il s’était rassemblé auprès de lui une foule très nombreuse de gens d’Israël, hommes, femmes et enfants, et le peuple répandait d’abondantes larmes.

2  Alors Schecania, fils de Jehiel, d’entre les fils d’Elam, prit la parole et dit à Esdras : Nous avons péché contre notre Dieu, en nous alliant à des femmes étrangères qui appartiennent aux peuples du pays. Mais Israël ne reste pas pour cela sans espérance.

3  Faisons maintenant une alliance avec notre Dieu pour le renvoi de toutes ces femmes et de leurs enfants, selon l’avis de mon seigneur et de ceux qui tremblent devant les commandements de notre Dieu. Et que l’on agisse d’après la loi.

4  Lève-toi, car cette affaire te regarde. Nous serons avec toi. Prends courage et agis.

5  Esdras se leva, et il fit jurer aux chefs des sacrificateurs, des Lévites, et de tout Israël, de faire ce qui venait d’être dit. Et ils le jurèrent.

6  Puis Esdras se retira de devant la maison de Dieu, et il alla dans la chambre de Jochanan, fils d’Eliaschib ; quand il y fut entré, il ne mangea point de pain et il ne but point d’eau, parce qu’il était dans la désolation à cause du péché des fils de la captivité.

7  On publia dans Juda et à Jérusalem que tous les fils de la captivité eussent à se réunir à Jérusalem,

8  et que, d’après l’avis des chefs et des anciens, quiconque ne s’y serait pas rendu dans trois jours aurait tous ses biens confisqués et serait lui-même exclu de l’assemblée des fils de la captivité.

9  Tous les hommes de Juda et de Benjamin se rassemblèrent à Jérusalem dans les trois jours. C’était le vingtième jour du neuvième mois. Tout le peuple se tenait sur la place de la maison de Dieu, tremblant à cause de la circonstance et par suite de la pluie.

10  Esdras, le sacrificateur, se leva et leur dit : Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable.

11  Confessez maintenant votre faute à l’Eternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté ! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères.

12  Toute l’assemblée répondit d’une voix haute : A nous de faire comme tu l’as dit !

13  Mais le peuple est nombreux, le temps est à la pluie, et il n’est pas possible de rester dehors ; d’ailleurs, ce n’est pas l’œuvre d’un jour ou deux, car il y en a beaucoup parmi nous qui ont péché dans cette affaire.

14  Que nos chefs restent donc pour toute l’assemblée ; et tous ceux qui dans nos villes se sont alliés à des femmes étrangères viendront à des époques fixes, avec les anciens et les juges de chaque ville, jusqu’à ce que l’ardente colère de notre Dieu se soit détournée de nous au sujet de cette affaire.

15  Jonathan, fils d’Asaël, et Jachzia, fils de Thikva, appuyés par Meschullam et par le Lévite Schabthaï, furent les seuls à combattre cet avis,

16  auquel se conformèrent les fils de la captivité. On choisit Esdras, le sacrificateur, et des chefs de famille selon leurs maisons paternelles, tous désignés par leurs noms ; et ils siégèrent le premier jour du dixième mois pour s’occuper de la chose.

17  Le premier jour du premier mois, ils en finirent avec tous les hommes qui s’étaient alliés à des femmes étrangères.

18  Parmi les fils de sacrificateurs, il s’en trouva qui s’étaient alliés à des femmes étrangères : des fils de Josué, fils de Jotsadak, et de ses frères, Maaséja, Eliézer, Jarib et Guedalia,

19  qui s’engagèrent, en donnant la main, à renvoyer leurs femmes et à offrir un bélier en sacrifice de culpabilité ;

20  des fils d’Immer, Hanani et Zebadia ;

21  des fils de Harim, Maaséja, Elie, Schemaeja, Jehiel et Ozias ;

22  des fils de Paschhur, Eljoénaï, Maaséja, Ismaël, Nethaneel, Jozabad et Eleasa.

23  Parmi les Lévites : Jozabad, Schimeï, Kélaja ou Kelitha, Pethachja, Juda et Eliézer.

24  Parmi les chantres : Eliaschib. Parmi les portiers : Schallum, Thélem et Uri.

25  Parmi ceux d’Israël : des fils de Pareosch, Ramia, Jizzija, Malkija, Mijamin, Eléazar, Malkija et Benaja ;

26  des fils d’Elam, Matthania, Zacharie, Jehiel, Abdi, Jerémoth et Elie ;

27  des fils de Zatthu, Eljoénaï, Eliaschib, Matthania, Jerémoth, Zabad et Aziza ;

28  des fils de Bébaï, Jochanan, Hanania, Zabbaï et Athlaï ;

29  des fils de Bani, Meschullam, Malluc, Adaja, Jaschub, Scheal et Ramoth ;

30  des fils de Pachath-Moab, Adna, Kelal, Benaja, Maaséja, Matthania, Betsaleel, Binnuï et Manassé ;

31  des fils de Harim, Eliézer, Jischija, Malkija, Schemaeja, Siméon,

32  Benjamin, Malluc et Schemaria ;

33  des fils de Haschum, Matthnaï, Matthattha, Zabad, Eliphéleth, Jerémaï, Manassé et Schimeï ;

34  des fils de Bani, Maadaï, Amram, Uel,

35  Benaja, Bédia, Keluhu,

36  Vania, Merémoth, Eliaschib,

37  Matthania, Matthnaï, Jaasaï,

38  Bani, Binnuï, Schimeï,

39  Schélémia, Nathan, Adaja,

40  Macnadbaï, Schaschaï, Scharaï,

41  Azareel, Schélémia, Schemaria,

42  Schallum, Amaria et Joseph ;

43  des fils de Nebo, Jeïel, Matthithia, Zabad, Zebina, Jaddaï, Joël et Benaja.

44  Tous ceux-là avaient pris des femmes étrangères, et plusieurs en avaient eu des enfants. Version Louis Segond 1910 »

Ne cachons pas que ces  textes sont difficiles pour nous. Ils cumulent les difficultés et on comprend bien qu’on préfère, le plus souvent, les laisser reposer en paix dans la Bible. Nous avons là trois types de difficultés :

  • Théologiques d’abord : comment relier cela au christianisme et à l’esprit de l’Evangile ?
  • Sociologiques : ceci est très éloigné de notre société et souvent incompréhensible. Nous sommes choqués par ces mœurs, qui sont sur un modèle aujourd’hui rejeté.
  • Morales : comment comprendre les choix moraux des Hébreux ? C’est positivement scandaleux pour nous à une époque où l’on prône ouverture et multiculturalisme.

Celui qui veut vraiment étudier la Bible ne doit jamais contourner la difficulté, il doit l’affronter, quitte à admettre parfois qu’il ne comprend pas. Je ne ferai pas ici d’exégèse savante. Ce ne sont pas les termes hébreux qui sont en jeu, mais les dogmes fondamentaux. Nous avancerons en trois moments progressifs.

Premier temps : le constat de péché est dressé au milieu du peuple

Esdras 9 :1-2.    « Après que cela fut terminé, les chefs s’approchèrent de moi, en disant : Le peuple d’Israël, les sacrificateurs et les Lévites ne se sont point séparés des peuples de ces pays, et ils imitent leurs abominations, celles des Cananéens, des Héthiens, des Phéréziens, des Jébusiens, des Ammonites, des Moabites, des Egyptiens et des Amoréens.

2  Car ils ont pris de leurs filles pour eux et pour leurs fils, et ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ; et les chefs et les magistrats ont été les premiers à commettre ce péché. (version Segond) »

Ce sont les chefs de tribu eux-mêmes qui viennent signaler la situation mauvaise à Esdras qui vient d’arriver à Jérusalem. Résumons :

  • Tout le monde a été touché : le peuple, les prêtres et les membres de la caste du Temple, les Lévites.
  • Le péché est d’abord une intégration réussie dans le mauvais sens (ils ne sont pas restés séparés). C’est le poids du conformisme social.
  • C’est du mimétisme, de l’imitation. Donc un manque de personnalité et de convictions.
  • Ils ont « ont mêlé la race sainte avec les peuples de ces pays ». Le péché est donc, selon les critères d’aujourd’hui un bon comportement d’accueil. « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants » disent les contes. Or, au vu de la Loi et du culte restauré, c’est une désobéissance totale aux commandements de Dieu. Dieu a ordonné que son peuple ne se métisse pas, il l’a prescrit avant l’entrée en Terre Promise. Mais au fil du temps et des circonstances, les hommes ont adopté les normes des païens. Il est souvent très difficile de rester dans la pureté de la volonté de Dieu. Or, les chefs et le peuple viennent de retrouver la Loi et d’avoir l’esprit réveillé. Leur conscience est donc en train de les reprendre.

Deuxième temps : que faire face à la voix de cette conscience ?

  • C’est la prise de conscience de la faute qui permet de dire la chose. Elle n’est plus cachée mais révélée, et elle concerne tout le monde. C’est la première étape nécessaire d’une repentance.
  • La repentance (qui découle de la culpabilité) a très mauvaise presse aujourd’hui. Elle est castratrice selon les concepts psychanalytiques. Il faut la détruire, la nier, pour vivre heureux. Là est la grande faille qui sépare le croyant et le non-croyant. S’il n’y a plus de culpabilité, il n’y a plus de faute, plus de péché et on peut « jouir sans entraves », pour reprendre un slogan de mai 68. Oui, on peut faire taire la voix de la conscience, mais on ne peut pas la détruire, car elle est constitutive de la nature humaine. C’est d’ailleurs pour cela que la psychanalyse n’a jamais guéri véritablement quiconque.
  • Les Hébreux ressentent la nécessité d’une purification de leur mode de vie, non pour se punir, mais pour vivre mieux car selon la volonté de Dieu.

Ils choisissent alors d’aller au vif du problème. Le passage d’Esdras 10 :3  «  Faisons maintenant une alliance avec notre Dieu pour le renvoi de toutes ces femmes et de leurs enfants, selon l’avis de mon seigneur et de ceux qui tremblent devant les commandements de notre Dieu. Et que l’on agisse d’après la loi. Version Segond » nous informe de leur décision : renvoyer ces femmes étrangères et leurs enfants. C’est un remède de cheval. Ne pouvaient-ils pas en trouver un plus humain ? Nous reviendrons là-dessus dans un instant.

  • Ils n’agissent pas dans la précipitation, mais choisissent une méthode qui permet de prendre le temps d’examiner chaque cas.

Les Hébreux ont ciblé le vrai problème et l’ont attaqué à la racine, même si cela fut très douloureux. Ils ont utilisé leur intelligence pour régler ce problème. Et ils ont mené à bien jusqu’au bout leur décision. Esdars 10 :17 :   « Le premier jour du premier mois, ils en finirent avec tous les hommes qui s’étaient alliés à des femmes étrangères. (version Segond) »

Troisième temps : Que retirer de ces textes, aujourd’hui, pour nous ?

C’est là le moment le plus difficile. Il faut savoir trouver le message de Dieu au milieu d’une histoire qui peut nous choquer ou nous révolter.

  • Premier enseignement : ce récit décrit une société patriarcale qui fait bien peu de place aux femmes . C’est un fait évident. Mais ne lisons pas cette histoire vieille de 2500 ans avec la grille de lecture actuelle, féministe, ou en terme de genre. En ce temps, toutes les sociétés étaient de ce type et cela devait durer longtemps. Prenons actes du fait et ne perdons pas notre temps à juger et condamner un monde hors de notre portée.
  • Deuxième enseignement : Il y a, pour nous, aujourd’hui, quelque chose de profondément inhumain à renvoyer des femmes et des enfants de cette manière. Mais, là aussi, voyons les mœurs du temps : les mariages étaient avant tout des alliances tribales et des transactions. Ce que nous lisons est une rupture de contrat. Cependant, il ne nous est pas dit que ce fut une décision facile et sans douleur. Mais il s’agissait de corriger une erreur, une trahison de la Loi. La conscience spirituelle l’emporta sur les sentiments charnels et humains.
  • Troisième enseignement : Quel est le sens symbolique, universel et intemporel de cette histoire ?
  1. Tout renoncement a ce que l’on sait être la vérité (ici la Loi) est une lâcheté, un compromis, un conformisme.
  2. Toute erreur se paie un jour ou l’autre, surtout dans l’économie divine. Quand vient ce temps, il faut alors, par l’esprit, bien se souvenir de l’origine de ce mal actuel.
  3. Le mariage étranger est une image simple de la désobéissance par facilité, aux conséquences graves, car l’homme qui agit ainsi donne ses enfants au peuple étranger par le corps de la mère. Les principes chrétiens peuvent aussi être dévoyés si on les met au service d’une cause étrangère, quelque charme de celle-ci ait. Une fois ce mariage contre nature consommé, la lignée échappe au père. La répudiation est alors la seule solution qui restait aux Hébreux, puisqu’ils n’étaient pas enclins à accepter les conversions. Aujourd’hui, la conversion, par Christ, est offerte à tous, car, selon le mot de Paul, « il n’y a plus ni Juifs, ni Grecs, ni hommes libres, ni esclaves ».
  4. Le couple est une complémentarité, il faut donc choisir un conjoint qui partage les mêmes idées, sinon il y a du tirage. Cela est constaté dans tous les mariages, hélas.
  5. Enfin, une dernière leçon, difficile, est que toute purification et retour à l’obéissance est une épreuve douloureuse. C’est exactement le contraire de la faute commise, qui a été douce et facile. Ceci est universel et intemporel.

On peut trouver ce récit très dur, mais vous noterez que Dieu n’a pas demandé aux Hébreux de renvoyer leurs femmes étrangères. C’est leur propre décision. Il y a donc dans ce texte un bel exemple de liberté (certes douloureuse) laissée aux hommes par Dieu.

Septembre 2020 – JM Dauriac

Published in Bible et vie

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *