Skip to content →

Un bel exemple de pensée unique: Le monde en face et « Tu deviendras hétéro mon fils »

Mardi 8 septembre: France 5 diffuse un documentaire inédit sur les « thérapies de conversion », suivi d’un débat animé par Marina Carrère d’Encausse.

Le film, d’une durée de 1 h 10, suit trois jeunes hommes qui témoignent de leurs douloureuses expériences de ces méthodes qui visent à rééduquer ou guérir les homosexuels de leur maladie ou perversion. ces témoignages sont accablants et personne d’honnête ne peut les rejeter ou les remettre en cause: ce qui a été fait à ces personnes est infâme, quelles qu’en soient les bonnes raisons des parents qui les ont initiées. Au-delà des témoignages, les auteurs du films montrent l’autre versant du combat, les groupes chrétiens qui mènent au nom de la bible la lutte contre ce péché. Evidemment la présentation est à charge, il ne s’agit pas d’un reportage objectif, mais d’une dénonciation. Les chrétiens présentés sont ridiculisés, par le biais des cadrages et du montage. Si l’on a compris ce biais, c’est un bon documentaire, car on y apprend l’existence de faits abominables et on peut toucher du doigt la bipolarisation de la société américaine, qui en fait que prophétiser ce qui arrive en France. On y voit un pays où des gens se livrent à une vraie guerre psychologique, un pays qui est détruit de l’intérieur.

A la suite de ce film, les programmes télé et la chaîne annoncent un débat, que je m’empresse de regarder, pour y voir confrontés les deux positions montrées dans le film. Mais de débat il n’y aura point. Je comprends très vite que els quatre invités appartiennent au même réseau et ont été invités pour cela, une sorte de package pour défendre les idées du documentaire. Quand à Marina, elle se livre au même exercice que dans le journal ou le magazine de la santé, sur la même chaîne: un exercice parfait de pensée unique, de pseudo-progressisme qui adopte toutes positions de la doxa dominante (soit une pensée de gauche, ou du moins de ce qu’il en reste sous ce nom, soutenue urbi et orbi par tous les journaliste influentes, de droite comme de gauche, car la gauche a gagné la bataille des médias des milliardaires, ce qui est quand même un drôle de paradoxe qui doit bien faire marrer Jaurès!).

Pendant une demi-heure, les quatre membres de la même équipe présentent la nécessité d’une loi qui interdisent ces thérapies de conversion, alors même que les protagonistes reconnaissent qu’il n’y pas de telles sessions en France. Il s’agit donc de faire une loi qui interdise préventivement un fait qui n’existe pas, comme le reconnaît la député LREM qui l’a proposée, une député tout à fait représentative de ce parti sans queue ni tête, donc sans autre colonne vertébrale que l’élection du petit prince de l’Elysée. Le domaine sociétal est d’ailleurs le seul où tous ces pseudo-progressistes autoproclamés le soient, car ils ne le sont point du tout dans le domaine social et économique. Aucun représentant du camp adverse n’a été invité, alors même que l’Eglise catholique est mise en cause par le témoin principal et que Marina tente de faire accuser les Eglises évangéliques de ces pratiques. Voilà un magnifique exemple de ce que l’on appelle la liberté d’expression dans les médias nationaux publics de notre pays: le droit de propagande sans aucune contradiction à un lobby particulier, ici les LGBT.

Il faut maintenant que je dise clairement que c’est la méthode utilisée qui est insupportable: cet usage propagandiste déguisé de la télévision publique, ce déni de pluralisme sans cesse répété, cette moraline à sens unique. je sais fort bien qu’en écrivant ceci et en employant le mot « moraline », par exemple, je vais être immédiatement catégorisé comme « extrême-droite », ce qui fait bien rigoler l’anar que je suis depuis toujours. Car, sur le fond, je suis offusqué par ces pratiques, qui déconsidèrent la cause chrétienne, et bafouent notre bien le plus précieux, la liberté. Mais ceux qui font de telles émission la bafouent tout autant et, de surcroît, se pensent dans le camp du Bien! Une véritable émission d’information aurait donné du temps et provoqué une rencontre entre les invités présents et des médecins,d es psychologues, des religieux de toutes positions et on aurait remplacé la tièdasse Marina par un véritable journaliste. mais, comme le dit le titre d’une autre émission télévisée du service public, « Faut pas rêver ».

Sera-t-il encore possible de parvenir à une société apaisée où ceux qui veulent vivre une autre sexualité ou « identité de genre » (comme répété plusieurs fois dans le « débat » de ce soir) puisse le faire sans danger, mais aussi sans que l’on tente de nous faire croire que la vraie sexualité est celle-là, alors que la très grande majorité des Français sont hétérosexuels et heureux de l’être. Ce qui est dangereux est le mauvais combat que mènent des militants qui veulent nous faire prendre des vessies pour des lanternes au nom de leur vécu. Que ces gens relisent le livre de Voltaire qu’ils sont allés acheter comme des moutons après les attentats de Charlie et du Bataclan, ils y trouveront exactement ce que je dis: une tolérance totale pour leurs modes de vie et de pensée, mais aussi le refus d’y adhérer au nom de la même liberté qui nous les fait défendre.

En tout cas, ce n’est pas avec ce genre de soirée télévisée totalement partisane que l’on fera avancer la paix civile dans notre pays.

Published in coups de gueule dans l'actualité

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *