Eloge de la faiblesse - Une position anticonformiste chrétienne

7 août 2016 à 10:36 | Dans Non classé | Laisser un commentaire

 

 

Lecture  introductive :

 

2 Corinthiens 11 :30

« S’il faut se glorifier, c’est de ma faiblesse que je me glorifierai. »

2 Corinthiens 12 :6 à 10

« 6  Si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité; mais je m’en abstiens, de peur que quelqu’un ne m’estime au-dessus de ce qu’il voit ou entend de moi, 

7  à cause de l’excellence de ces révélations. Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter, pour que je ne sois pas enflé d’orgueil. 

8  Trois fois j’ai supplié le Seigneur de l’éloigner de moi, 

9  et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses,  afin que la puissance de Christ repose sur moi. 

10  C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les privations, dans les persécutions, dans les angoisses, pour Christ;  en effet quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

2  Corinthiens 4 : 7 à 10

« 7  Nous portons ce trésor dans des vases de terre, afin que cette puissance supérieure soit attribuée à Dieu, et non pas à nous. 

8 ¶ Nous sommes pressés de toute manière, mais non écrasés; désemparés, mais non désespérés; 

9  persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; 

10  nous portons toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus se manifeste dans notre corps. »

 

Introduction :

 

Nous avons ici affaire à un texte écrit à la première personne :Paul parle de lui, comme très souvent dans ses lettres. Ce qu’il déclare est d’abord un témoignage personnel. Ces affirmations deviennent ensuite un enseignement spirituel pour l’édification personnelle des croyants. Il n’y pas là de théologie. Aucune vérité sur Dieu ou Jésus. Seulement une méditation à partir d’un vécu – qui, lui, incorpore la grâce de Dieu -, pour orienter la vie d’un chrétien dans la bonne direction.. Que dit Paul dans ces textes :

  1. Il y a une certaine possibilité de se glorifier de sa faiblesse, donc d’en faire l’éloge.
  2. Il donne sa vie en exemple et l’échec de sa prière. Cette faiblesse correspond à une réponse du Seigneur toute en paradoxe.
  3. Quel est  le contenu de cette faiblesse, sa limite et sa finalité ?

 paul_de_tarse_rembrandt2.jpg

 Paul de Tarse peint par Rembrandt

Paul défend son apostolat par sa faiblesse

 

Les chapitre 10 à 12 de cette seconde lettre aux Corinthiens sont une défense de Paul, qui répond a des critiques à lui adressées et explique son apostolat particulier – il n’est pas un apôtre historique qui a connu Jésus et l’a suivi -. Le ton est souvent polémique. Il en vient à expliquer ses combats et ses épreuves, à partir de 11 : 16. Et l’angle d’attaque est la faiblesse, corrèle très bizarrement avec le fait de « se glorifier ». Généralement la faiblesse est perçue comme un défaut et il n’y a pas lieu de s’en réjouir, à plus forte raison d’en tirer gloire.

 

Dans le chapitre 10, il emploie cinq fois le verbe « se glorifier », entre 10 :13 et 18 :

 

« 13  Pour nous, nous ne voulons pas nous glorifier hors de toute mesure, nous prendrons au contraire pour mesure le domaine que Dieu nous a départi en nous faisant parvenir aussi jusqu’à vous. 

14  Nous ne dépassons pas nos limites, comme si nous n’étions point parvenus jusqu’à vous; car c’est bien jusqu’à vous que nous sommes arrivés avec l’Évangile du Christ. 

15  Nous ne nous glorifions pas, hors de toute mesure, des travaux d’autrui.  Mais nous avons l’espérance, si votre foi augmente, de devenir encore plus grands parmi vous, dans notre propre domaine, 

16  en évangélisant les contrées situées au-delà de chez vous, au lieu de nous glorifier de ce qui a déjà été fait dans le domaine des autres. 

17  Que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur. 

18 Car ce n’est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, c’est celui que le Seigneur recommande. »

 

En 11 : 17, on le retrouve trois fois en deux phrases :

 

« 17  Ce que je dis, je ne le dis pas selon le Seigneur, mais comme hors de sens, avec l’assurance d’avoir de quoi me glorifier. 

18    puisque beaucoup se glorifient selon la chair, je me glorifierai aussi. »

 

Louis Segond a traduite « Kauxaomai » par se glorifier ; on pourrait dire aussi : « s’enorgueillir, être fier de, mettre son orgueil, tirer sa fierté de ; se vanter ». L’idée de faire sa propre gloire soi-même est partout présente. Or nous ne nous vantons que de ce qui , à nos yeux, peut nous grandir, nous individualiser ou nous distinguer d’autrui et de la foule des autres.

 

Puis suivent les détails de ses  souffrances pour l’œuvre de Dieu – ce ne sont pas des fantasmes, mais cela      est confirmé en grande partie par le rédacteur des Actes des Apôtres, l’évangéliste-médecin Luc.

 

Et on arrive à ce qui est le centre de la démonstration de Paul : la faiblesse, sujet de gloire pour lui. SA faiblesse revendiquée. Ce qui ne peut que laisser perplexe, si on pense à l’évangile qu’il annonce ( voir Ephésiens 1 : 15 à 19 ).

 

« 15 ¶ C’est pourquoi moi aussi, ayant entendu parler de votre foi au Seigneur Jésus et de votre amour pour tous les saints, 

16  je ne cesse de rendre grâces pour vous: je fais mention de vous dans mes prières; 

17  afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation qui vous le fasse connaître; 

18                qu’il illumine les yeux de votre coeur, afin que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la glorieuse richesse de son héritage au milieu des saints, 

19 et quelle est la grandeur surabondante de sa puissance envers nous qui croyons selon l’action souveraine de sa force. »

 

Un exemple concret de la vie de Paul et la parole révélée du Christ

 

2 Corinthiens 12 : 7 à 10

 

« 7  à cause de l’excellence de ces révélations. Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter, pour que je ne sois pas enflé d’orgueil. 

8  Trois fois j’ai supplié le Seigneur de l’éloigner de moi, 

9  et il m’a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses,  afin que la puissance de Christ repose sur moi. 

10  C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les privations, dans les persécutions, dans les angoisses, pour Christ;  en effet quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

 

Ce texte contient plusieurs éléments dignes d’intérêt :

  • « une écharde dans la chair » : cette si petite chose qui peut nous faire tant souffrir et dont nous avons tant de mal parfois à nous débarrasser tant elle est minuscule et profondément enfoncée. Le mot n’est pas choisi au hasard, bien sûr. Cette écharde a fait couler beaucoup d’encre. Personne ne sait de quoi il s’agit : certains ont parlé de la mauvaise vue de Paul, d’autre d’une maladie de peau, etc.. Cela n’a en fait aucun intérêt de le savoir, car l’écharde est ici un concept. Le mot grec veut dire aussi bien « écharde » qu’ « aiguillon ». Il s’ajoute donc à l’idée de douleur l’idée de ce qui fait avancer.
  • Paul a recours, comme tout croyant, comme nous, à la prière ( à trois reprises dit-il) : et là, c’est l’échec. Sa prière n’est pas exaucée. On peut imaginer sans peine ce que cela signifie pour un apôtre comme Paul, dont la prière a une grande efficacité.  Sans nul doute au départ, une grande déception et de l’incompréhension : pourquoi Seigneur ? Mais sa prière a été entendue, car il y a une réponse. Voici un enseignement précieux pour nous : ne confondons pas écoute et exaucement. La prière sincère est toujours entendue. L’exaucement dépend de Dieu seul ( par Jésus). Nous ne pouvons pas juger ni même vraiment comprendre cela. Il faut accepter la différence infranchissable entre Dieu et nous. Esaïe 55 : 8 et 9 :

 

« :8  Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, —Oracle de l’Éternel. 

9  Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, Autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies Et mes pensées au-dessus de vos pensées. »

 

  • La réponse du Seigneur est précise, adaptée et argumentée :

1 . Il répond vraiment sur le sujet, qui est la faiblesse (ici physique). Ce n’est pas un propos général : c’est la réponse attendue à une requête bien formulée. Prions précisément et non en termes vagues, et sachons attendre et entendre une réponse tout aussi précise.

2 . Réponse adaptée : Le Seigneur lui dit pourquoi il ne le délivre pas : « Ma grâce te suffit. » Paul a déjà tout reçu dans le salut par grâce, qui est au-dessus de toutes choses. Le Seigneur l’appelle à revenir à la source, à ne pas inverser la hiérarchie des faits, ce qui est le propre de la chair et de l’humain, soumis à toutes ses limitations. La réponse invite à s’élever au-dessus de l’humain par l’Esprit, amis sans arrêter le combat et ôter l’écharde.

3 . Réponse argumentée : « …car  ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. » Ce que Paul traduira ailleurs par des formules-chocs : « les choses folles du monde », pour désigner les croyants (1 Corinthiens 1 :27 : «   Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes; ») ; ailleurs il parle de « balayures du monde » : « 1 Corinthiens 4:13  calomniés, nous parlons avec bonté; nous sommes devenus comme les balayures du monde, le rebut de tous, jusqu’à maintenant. ».  Le but est d’éviter l’orgueil (verset 7), occasion de chute (skandalon) de l’homme, donc de « se glorifier ». Paul va alors formuler de sublime paradoxe du verset 10 b :

« en effet quand je suis faible, c’est alors que je suis fort. »

 

Comment cela est-il possible ?

 

 

Les faiblesse, les limites et la force

 

 

Reprenons maintenant les versets 8 à 10 du chapitre 4 lus précédemment :

 

« 8 ¶ Nous sommes pressés de toute manière, mais non écrasés; désemparés, mais non désespérés; 

9  persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; 

10                nous portons toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus se manifeste dans notre corps. »

 

Chaque membre de phrase obéit à la même construction : la faiblesse et sa manifestation, puis la limite. Nous avons là quatre exemples qui constituent une progression pensée par l’apôtre.

 

  1. « pressés mais non écrasés ». L’apôtre nous parle ici de la résistance qui nous est donnée, qui nous empêche de céder, de manière surnaturelle, par l’effet de la grâce. Chaque couple suivant procède de la même source : le sacrifice et la résurrection de Jésus.
  2. « Désemparés mais pas désespérés ». ici c’est de l’espérance dont il est question. Nous pouvons ne plus savoir où nous en sommes, mais l’espérance demeure, indestructible.
  3. « Persécutés mais pas abandonnées ». La fidélité de Dieu ne nous fait jamais défaut. Nous sommes toujours accompagnés par Dieu et aussi par les frères et sœurs, concrètement ou par la prière.
  4. « Abattus mais pas perdus ». Le salut demeure par-delà les défaites. La grâce nous suffit et surpasse toute épreuve, ce qui ne signifie nullement que nous ne sommes pas tristes, malheureux ou dépressifs parfois.

 

Les épreuves décrites sont très dures mais pas extrêmes.

 

1 Corinthiens 10 : 13 nous dit pourquoi ; c’est encore Paul qui nous l’enseigne, sans nul doute par son expérience personnelle/

 

« 13  Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine; Dieu est fidèle et ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces;  mais avec la tentation, il donnera aussi le moyen d’en sortir, pour que vous puissiez la supporter. »

 

L’épreuve ne saurait nous anéantir car dans la grâce du salut résident la résistance au mal, l’espérance de la foi, la fidélité de la présence de Dieu et le salut qui donne sens à nos vies. Rien ne peut nous priver de cela.

 

Romains 8 :38-39 :

 

« 38  Car je suis persuadé que ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni le présent, ni l’avenir, 

39  ni les puissances, ni les êtres d’en-haut, ni ceux d’en-bas, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu en Christ-Jésus notre Seigneur. »

 

Conclusion :

 

L’éloge jusqu’à la glorification de nos faiblesses n’est pas :

  • de la fausse modestie à connotation religieuse (sorte d’hypocrisie onctueuse)
  • un renoncement au combat
  • une excuse pour nos fautes (ou péchés)
  • un apitoiement sur nous-mêmes

 

Bien comprise, elle est une attitude de soumission intelligente à Dieu qui permet alors toute la manifestation de sa puissance. Alors nous pouvons dire, avec Paul :

 

« Je me glorifie donc bien volontiers de mes faiblesses afin que la puissance du Christ repose sur moi » - verset 9 du chapitre 12 de la seconde lettre aux Corinthiens.

 

 

Jean-Michel Dauriac – Août 2016

Laisser un commentaire

Le goût fameux de l’authenticité: Un autre Pays t’attend de Jean Agogué

13 février 2016 à 11:49 | Dans la musique, les critiques, Non classé | Laisser un commentaire

Il y a plusieurs manières pour un disque d’être bon. On peut le réécouter sans cesse car il nous flatte l’oreille. Il peut nous rappeler des moments de notre vie ou nous parler personnellement. La qualité de la musique ou des arrangements s’impose à nous de manière incontestable. Ce sont parfois les paroles des chansons qui sont bien troussées qui emportent notre adhésion. Peut-être a-t-on vu l’artiste sur scène et le disque nous rappelle-t-il alors un concert exceptionnel… Bref, les raisons sont multiples et je suis sans doute loin de les avoir toutes énumérées. Nos disques préférés ont tous de bonnes raisons de l’être.

 

 

jean-agogue-cd-jpg.bmp

 

Le disque de Jean Agogué est un bon disque. Je l’ai su dès la première audition. Comme une évidence, il était clair qu’il allait trouver place dans mon panthéon personnel aux côtés de mes groupes de gospel préférés : Pâturages, Image, Les Témoins, Les Reflets, Pierre Lachat, John Featherstone… et tant d’autres. Je pourrais m’en tenir à l’argument d ‘autorité : ce disque est bon parce qu’il est bon, croyez-moi, je m’y connais un peu ! Je pourrais aussi dire qu’il est bon parce qu’il a pleins de qualités citées plus haut. Mais j’ai envie d’être sympa avec toi, ami lecteur ; je vais même te dire pourquoi il est si bon.

 

Si je dois commencer par la plus belle qualité de ce disque, je suis bien embêté, mais je vais être obligé de choisir. Je chois alors l’authenticité, qui est la pierre de touche de toute œuvre de création. Une œuvre ne peut nous toucher que si elle porte une part de vérité. Vérité de celui qui la crée autant que vérité de ce qu’il fait, dit, compose, chante… Je connais Jean depuis plus  de cinquante ans et ce disque lui ressemble totalement. Il est franc, comme lui ; Toute ce qui est dit ici est expérimenté, vécu. Quand Jean te dit que la vérité est en Jésus-Christ, il ne fait pas un sermon ou de la publicité : il te parle de ce qui a changé sa vie à jamais. Son disque ne peut pas parler d’autre chose. Il ne peut pas en parler autrement. Dès sa jeunesse, il a eu ce désir de témoigner par la chanson et n’a jamais cessé de le faire, restant un amateur persévérant. C’est d’ailleurs chez les amateurs que l’on a le plus de chance de trouver l’authenticité ; le métier aurait tendance à rendre habile et à transformer les gens.

 

Car une autre des qualités de ce disque est la fidélité. Comment un disque peut-il être fidèle ? Par le style musical. Dès le début, Jean fut folk. Et folk il demeure. Insensible aux modes et sans reniement, il continue à vénérer la guitare acoustique à cordes métal, la bonne Dreadnought des familles. Ce disque oscille entre des blues et la pure veine folk ou country. C’est une musique simple, qui ne prétend pas être plus que ce qu’elle est, une succession d’accords peu nombreux et très codifiés. Cette fidélité stylistique couplée avec l’authenticité donne un disque assez jubilatoire et très accessible.

 

Mais il ne faudrait pas limiter les qualités à ces traits quasi-moraux. C’est bien un disque de musicien et de chanteur ; un disque avec de vrais morceaux de vrais musiciens dedans. Jean a composé l’essentiel des musiques et pas mal de textes, secondé par son complice Thierry Bulant. Ce n’est ni niais, ni prétentieux, ni prêchi-prêcha. Ce sont des champs qui interpellent l’auditeur, qui lui parlent de sa vie, de ses questions, de sa quête – car tout le monde en a une – avec des mots d’aujourd’hui. Des chants de confiance en Dieu aussi. Qui ne peuvent qu’aider celui qui est ballotté par une vie difficile, car cette confiance lui est offerte ; elle est là, accessible immédiatement par un pas en avant qui se nomme la foi. Dans cette veine, citons « La main de l’Eternel » ou « Au plus noir de mes nuits ». Jean interpelle son semblable en recherche : « Chercheur d’éternité » ou « Même si » sont le reflet de nos attitudes et de nos errements. Quelques textes d’inspiration strictement biblique sont également inclus. Une belle version du si beau Psaume 23, « L’Eternel est mon berger ». Ou cette adaptation du poème de l’Ecclésiaste sur le temps, sobrement titré « Il y a un temps pour tout ».

 

Tout cela est mis en musique avec un groupe compact qui fonctionne bien. Une formation très seventies : un batteur (Rémi Maisonneuve), un bassiste (Christian Peyron), un pianiste-claviériste (Daniel Grail) et un guitariste électrique (Michaël Lubin), Jean assurant la guitare rythmique électro-acoustique. Les voix sont particulièrement bien posées, dans la tradition également des grands groupes de la pop music des années soixante-soixante-dix (Sophie Waysenson et Rémi Maisonneuve aux chœurs). C’est sobre, mais arrangé avec goût. Le tout est porté par une belle qualité de prise de son et un mixage fait par un ingénieur du son qui n’est pas sourd, comme c’est trop souvent le cas aujourd’hui. Les voix sont bien en avant et il n’y a pas besoin de tendre l’oreille pour deviner les paroles.

 

Tout cela réuni donne un disque de 12 chansons à la fois très cohérentes et différentes. Jean se paie même le luxe de faire chanter ses petits-enfants sur un morceau taillé sur mesure. Voici un beau disque qui procure la paix intérieure, loin du tumulte vain de notre société de superficialité. Un beau cadeau à faire autour de vous. Mais un conseil : n’offre pas le tien, il te manquerait très vite.

 

Jean-Michel Dauriac

Laisser un commentaire

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^