Communauté et individu : le mystère de l’Eglise de Jésus-Christ

26 septembre 2017 à 4:32 | Dans Bible et vie | Laisser un commentaire

 

 


 

Le culte de ce matin est le rassemblement de l’église locale, ce que l’on peut appeler une communauté de croyants. Une communauté est un ensemble de gens qui ont des choses en commun, ce qui est le cas des chrétiens, protestants évangéliques, comme ici.

 

Cette communauté n’est pas une invention des hommes, un moyen de contrôle des chefs, même si cela s’avère aussi réel. Cette communauté est une institution de notre Seigneur. Nous allons, dans cette première partie, nous remémorer certaines de ses paroles et leurs conséquences pour nous.

 

Dès le début de son minstère, Jésus s’entoure d’un collectif, d’une équipe dirions-nous aujourd’hui. Les Evangiles racontent tous l’appel des disciples :

Jean 1 : 35-50 ; Matthieu 4 : 18-22 ; Marc 1 : 16-20 ; Luc 5 : 8-11. Les textes évangéliques les appellent « les disciples » de manière indistincte la plupart du temps.

Qu’est-ce qu’un disciple ? littéralement, d’après le sens grec, c’est « celui qui apprend, qui se rend familier de quelque chose ou quelqu’un ». Tout croyant est donc appelé à être disciple et doit être appelé ainsi : « disciple du Christ », tel est notre titre spirituel.

 

Il annonce à ses disciples qu’il va les rassembler en une assemblée : Matthieu 16 : 16-20 fait le récit de cette institution prophétique.. Jésus n’instaure pas un système, une adminsitration, fusse-t-elle spirituelle. Le mot grec ekklésia désigne simplement l’assemblée. Ce que Jésus instaure est donc la communauté rassemblée des croyants. Il ne donne aucune forme, ce sont les hommes qui ont construits, à leur image, des structures de plus en plus complexes. Ce qui inétresse Jésus, c’est le rassemblement communautaire pour le culte, ce que nous faisons ce matin.

 

 

Il va aller plus loin dans ce souci de la communauté de ses disciples ; il va prier pour eux, nous laissant sans doute la plus belle prière fraternelle de toute la Bible, dans ce chapitre merveilleur de Jean 17, que l’on appelle « La prière sacerdotale ». Jean 17 : 6-9 ;20-23.

Nous voyons Jésus prier en deux temps : d’abord pour les disciples qui sont auprès de lui, verset 6-9, puis prophétiquement prier pour nous, verset 20-23. Nous sommes déjà inclus dans cette prière faite il y a deux millénaires : « pour ceux qui croiront en moi par leur parole ». La communauté s’agrandit par la parole : la prédication oui, mais pas seulement et loin de là la seule manière ; le témoignage personnel, la prière avec celui qui souffre, la parole de connaissance apportée à une âme perdue…

 

Après sa mort et sa résurrection, il apparaît à des groupes importants : Jean chapitres 20 & 21 sont consacrés à ces apparitions collectives. Le Nouvea Testament dit que 500 personnes le virent lors des quarante jours entre la résurrection et l’ascension, mais toujours collectivement, pour fortifier le témoignage des disciples. L’Eglise est d’abord l’assemblée de ceux qui ont vu de leurs yeux le christ ressuscité ; elle est est aujourd’hui l’assemblée de ceux qui proclament chaque année à Pâques : « il est vraiment ressuscité ! Ceci crée une véritable famille, qui célèbre le miracle de la résurection et de la rédemption..

 

 

Avant d’obéir jusqu’à la mort de la Croix, Jésus a tenu à partager le repas de la Pâque avec ses disciples, leur laissant un mémorial pour tous les temps, avec sa symbolique ; C’est le sacrement de la Sainte Cène. Ce mémorial est au cœur du culte chrétien, il est l’apogée du rassemblement, ce qui explique tout, ce qui déverouille tout et ouvre à toutes les perspectives.

Matthieu 26 :26-29 en fait un récit succinct mais très clair. On ne communie jamais seul, cela n’a aucun sens. La communion aux souffrances du Christ est associée à la xommunion fraternelle des commensaux. La dimension verticale, de l’homme vers Dieu, est inséparable de la dimension horizontale, les humains entre eux. La communauté est donc transfiguré par le partage du pain et du vin. Non que ce pain et ce vin soient magiques – nous n’admettons pas la transsubstantiation soutenue par l’Eglise catholique – mais ils sont des symboles au sens premier de mot, c’est à dire des liens avec le miracle de la résurrection. Dès l’église primitive, cette sainte cène a été en scandale aux incroyants, comme la prédication de la Croix est une folie pour ceux qui périssent. Lorsque je participe au repas du Seigneur, j’affirme que j’appartiens à la communauté des croyants, que je crois à cette folie qu’est la mort du Christ pour nos péchés et à celle de sa Résurrection pour notre justification ; Romains 6 : 4 résume parfaitement cette position.

 

 

 

Transition avec la prédication : de la communauté à la personne individuelle

 

Cette communauté de croyants est un peuple de rachetés, dont l’Ancien testament, a Bible juive nous donne une image tout au long de ses livres historiques. Le salut des Juifs a été collectif. « Si mon peuple s’humilie.. » dit Dieu en 2 Chroniques 7 : 14.

La venue de Jésus change la donne. Le salut devient une affaire individuelle/ Jean 3 :16 doit être lu ainsi : le « quiconque » est une personne unique et distincte de toutes les autres, même si elle appartient au même peuple. Ce n’est plus la communauté qui sauve. Le Nouveau Testament est clair, sans aucune ambiguité là-dessus ; la prédication de Pierre est le repère le plus connu : Actes 2 : 37-39.

La communauté découle du salut individuel et des commandements de la Parole. Elle est là pour notre croissance personnelle et notre sécurité spirituelle.

Mais chacun de nous est responsable de sa vie chrétienne.

 

Message

 

La lecture d’un magazine durant ce mois de juillet m’a interpelé et a servi de déclencheur à ce court message.

L’article traité d’une notion apparue assez récemment dans la psychologie et devenue un outil utilisé par les recruteurs de cadres ou les coaches de tout poil. Il s’agit du QE, le quotient émotionnel, qui vient aujourd’hui contester ou compléter le fameux ou quotient intellectuel, qui a été le Saint Graal des psychologues-recruteurs.

Je ne veux pas rentrer dans le détail de cette notion, dont je ne suis pas spécialiste, mais simplement présenter la chose. Le QE est l’ensemble des qualités qui définissent ce que l’on appelle l’intelligence émotionnelle. On est train de se rendre compte au niveau des entreprises que le QI ne suffit pas et peut aboutir à de grosses erreurs de recrutement de nomination. Quelles sont les qualités de cette intelligence émotionnelle ? j’emprunte au psychologue Daniel Goleman les caractères cités ci-dessous.

goleman-daniel.jpg

 

 

 


Il distingue cinq éléments à l’intelligence émotionnelle.

 

 

CONSCIENCE DE SOI

Les personnes douées d’une bonne conscience d’elles-mêmes sont « conscientes de leurs humeurs au moment où elles lesvivent » Concentrez-vous sur le présent, sur ce que vous ressentez. Tenez un journal pour analyser vos forces et faiblesses émotionnelles. Demandez l’avis de ceux que vous estimez.

 

AUTOREGULATION

L’autorégulation s’appelle aussi maîtrise de soi. Pour développer cette compé­tence, apprenez à gérer vos émotions. Si vous vous énervez souvent, notez ce qui déclenche ce senti­ment. Employez des tech­niques comme la respiration profonde et prenez une pause avant de répondre aux demandes d’une manière que vous pourriez regretter.

 

MOTIVATION

Quand vous êtes distrait par vos émotions, vous trouvez peut-être certaines tâches difficiles. Regonflez votre motivation par l’auto-discipline et en célébrant les petites victoires qui vous donnent un senti­ment d’accomplissement. Établissez aussi des objec­tifs à plus long terme. Se concentrer sur ce qui vous importe vraiment est très motivant.

 

EMPATHIE

Songez au point de vue des autres. Imaginez ce qu’ils éprouvent, et entraînez-vous à les écou­ter lorsqu’ils partagent leurs émotions. Ne les interrompez pas et soyez attentif à leur langage corporel. Si vous les regar­dez et les écoutez, vous serez bientôt sensible à ce qu’ils ressentent.

 

APTITUDES SOCIALES

Même si vous n’êtes pas naturellement sociable, vous pouvez vous amélio­rer. Apprenez à gérer les conflits et autres situations négatives. Travaillez à augmenter votre confiance en vous tranquillement, puis recherchez des occa­sions d’entraîner vos apti­tudes dans de plus grands groupes

 

intelligence-emotionnelle-couv.jpg

Tout ceci participe de ce qui s’appelle depuis une vingtaine d’années, le « développement personnel », notion uniquement marchande, qui remplit des rayons entiers de librairie. Les Grecs ont inventé uen méthode remarquable de développement personnel il y a vingt-cinq siècles au moins, qui s’appelle la philosophie. Rien de nouveau sous le soleil, sauf l’étiquette donc. Mais voyons cela d’un point de vue chrétien, ce qui est le cœur de ce message.

 

Lecture biblique :  1 philippiens 4 :13 :

« Je puis tout par celui qui me fortifie »

 

Cette phrase peut paraître extrêmement prétentieuse ou utopique si on la lit mal.

-         la clé est « par celui qui me fortifie » et on peut inverser la phrase pour en goûter le sens chrétien. Celui qui nous fortifie est celui que Paul a entendu sur le chemin de Damas, celui que les cinq cents ont vu après sa résurrection. Paul nous donnera la raison de ce « par » dans un autre texte où il écrit : « car vous êtes mort, et votre vie est cachée en Christ avec Dieu » (colossiens 3 :3). Rien qui nous permette de nous glorifier personellement

-         « Je puis tout » est plus ici à prendre comme l’affirmation d’une liberté nouvelle face à nos limites et au péché que le fait concret. Puis-je faire décoller un immeuble ? puis-je dire à une montagne d’aller se jeter dans la mer ?(Marc 11 :23). Jésus lui-même qui a formulé cet exemple savait que cela n’avait aucun intérêt en soi, si cen’est justement de montrer que l’impossible devient possible. Le « tout » évoqué » ici est principalement lié à notre vie intérieure, à notre « développement personnel » de chrétien. Il n’y a plus rien qui puisse nous barrer la route du progrès, la marche vers le Bien. Mais ce travail est long et demande une vraie persévérance. Ce n’est pas de la magie.

 

Pour terminer, je voudrais reprendre les cinq éléments présentés auparavant et montrer en quoi la vie chrétienne pourvoit depuis l’origine à cette intelligence émotionnelle que l’on croit découvrir aujourd’hui.

 

-         « conscience de soi » : c’est le christianisme qui a développé l’idée de conscience en même temps que celle de Bien et de Mal et de péché. La philosophie antique connaissait l’âme, mais pas la conscience. La conscience est cette capacité psychique à savoir ce que l’on fait, vit et à le rapporter à la notion de bien et de mal, sous diverses appelations. D’où la notion double de « bonne conscience » et de « mauvaise conscience ». Chaque chrétien qui s’est engagé avec Jésus reçoit l’Esprit qui éveille alors sa conscience. Nous somme conscients parce que nous avons une vie de l’Esprit. La même notion existe dans toutes les religions ou sagesse. C’est un invariant psychique. Etre conscient ne signifie pas, hélas, toujours bien agir. Mais cela nous aide à faire le point et à corriger notrecomportement. Et là, la prière et les autres chrétiens sont très utiles.

-         « Autorégulation » : elle déroule du précedent. La « maîtrise de soi » est présentée par Paul comme un des fruits de l’Esprit. Il faut donc cultiver la relation avec l’Esprit Saint pour qu’il porte du fruit en nous. Cette maîtrise de soi n’est jamais complètement acquise. On peut « craquer »  à tout moment. Dans une très belle nouvelle intitulée « Le Père Serge », Léon Tolstoï raconte l’histoire d’un ermite orthodoxe très révéré qui, après des années de vie d’ascèce a brutalement cédé au désir sexuel, voyant ainsi toute sa vie d’efforts ruinés. Il faut avoir conscience justement que nous ne sommes et ne serons jamais maîtres de nous à 100% !

-         « Motivation » : Le salut reçu par grâce donne envie de la partager ; de même, la réalité des expériences spirituelles que l’on peut faire est une puissante motivation de partage. La motivation principale s’appelle l’amour, et plus particulièrement la compassion des âmes, ce sentiment que Jésus manifestait en étant ému jusqu’aux entrailles face aux malheureux de tous types. Nous sommes les messagers terrestres du Christ et cela doit nous motiver sans cesse à tendre vers le mieux, à aimer le prochain, à passer par dessus les mesquineries, les jalousies, les méchancetés, la calomnie, la haine parfois… On garde sa motivation par la prière, la lecture de la Parole et la communion fraternelle , qui rechercge nos batteries souvent fatiguées

-         « Empathie » : la capacité à comprendre ce qui se passe en l’autre et à l’écouter, est une belle qualité qui repose sur l’attention, ce que les juifs appellent le « souci de l’autre ». Si j’ai souci de lautre, alors je puis l’écouter et el comprendre, me mettre à sa place sans être lui. Cette belle qualité mène ensuite à la sympathie, étape plus profonde, qui marque un attachement, une capacité à partager les épreuves. N’est-ce pas là ce que la Parole nous enseigne à vivre les uns avec les autres . Paul a écrit là-dessus de forts beaux passages. « Si ton frère… » est une formule-clé du Lévitique, livre de la Loi qui établit une société fraternelle, donc empathique et sympathique. Un chrétien ne saurait rester indifférent à ce qui arrive à autrui. Sans pour autant, par excès se croire seul le sauveur de tous. Il y a un équilibre à respecter entre égoïsme et mégalomanie.

-         « Aptitudes sociales » : Cette aptitude tient à deux choses que nous devons concilier, notre nature et hisoire personnelle et la vocation chrétienne. Certains sont plus naturellement portés vers les autres, sont plus sociables que d’autres, renfermés, timides, un peu sauvages. Il faut alors travailler à partir de notre motivation, l’amour du prochain et la compassion des âmes. Chacun de nous a un parcours propre à réaliser et il ne faut jamais imiter, mais trouver sa voie, son équilibre. La communauté ecclésiale est un bon moyen de développer ses aptitudes sciales, de même que le travail bénévole associatif. Il y des moments où il faut savoir se faire violence pour ensuite recevoir les fruits de son travail sur soi.

 

On le voir, la foi chrétienne authentique –que j’oppose à la religion sociale – mise sur « l’intelligence émotionnelle » bien avant qu’elle n’existe. Chacun de ces aspects participe au « je puis tout.. » de notre verset du jour. Nous avons une marge de progression spirituelle qui occupera toute notre vie. Donc un potentiel, donc une volonté de pouvoir toujours. Mais rappelons-nous que c’est toujours en passant « par celui qui me fortifie » que ce potentiel illimité existe. A Lui soit toute la gloire !

 

 

Jean-Michel Dauriac

Août 2017

Laisser un commentaire

Trois cantiques classiques étudiés pour leur message évangélique

7 août 2016 à 10:31 | Dans Bible et vie | Laisser un commentaire

première partie du culte du 7 août 2016 à Pessac

 

 

 

Chant 1 : Dieu tout-puissant 58 ATG

 


Dieu tout-puissant, quand mon cœur considère

Tout l’univers créé par ton pouvoir :

Le ciel d’azur, les éclairs, le tonnerre,

Le clair matin ou les ombres du soir.

 

De tout mon être alors s’élève un chant :

Dieu tout-puissant, que tu es grand !

De tout mon être alors s’élève un chant :

Dieu tout-puissant, que tu es grand !

 

Quand par les bois ou la forêt profonde

J’erre et j’entends tous les oiseaux chanter,

Quand sur les monts la source avec son onde

Livre au zéphyr son chant doux et léger.

 

Mais quand je songe, ô sublime mystère !

Qu’un Dieu si grand a pu penser à moi,

Que son cher Fils est devenu mon frère

Et que je suis héritier du grand Roi.

 

Tu créas l’arbre et le buisson d’épines

Pour la couronne et le bois de la croix ;

Car ta pensée éternelle et divine,

C’était d’offrir Jésus ton Fils pour moi.

 

Quand mon Sauveur, éclatant de lumière,

Se lèvera de son trône éternel,

Et que, laissant les douleurs de la terre,

Je pourrai voir les splendeurs de ton ciel.


 

 

Le culte que nous rendons à Dieu ce matin est celui d’un peuple racheté face à son créateur. Ce chant est une belle expression classique de notre foi. Reprenons les paroles de ce chant.

 

Il contient un résumé populaire de ce qu’est le christianisme. Le schéma est répétitif, comme souvent dans les chansons ou les cantiques. Le couplet expose un moment de vie ou de pensée et le refrain tire la conclusion spirituelle.

 

Couplet 1 : L’univers, la Terre dans le Cosmos et les éléments sont contemplés avec admiration comme preuve d’un ordre du monde, ce qui amène à célébrer la grandeur de Dieu dans le refrain 1 qui est centré sur la grandeur de Dieu.

 

Couplet 2 : une sorte de zoom avant sur la nature, l’oiseau, la source et le vent. On dirait du J .J. Rousseau. La conclusion est la répétition du refrain 1 sur la grandeur de Dieu.

 

Les deux premiers couplets s’inclinent devant l’évidence de la création divine. Ce qui se retrouve dans un texte biblique célèbre en Romains 1 :19-20 :

 

« 19 ¶ car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, car Dieu le leur a manifesté. 

20  En effet, les (perfections) invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. »

 

Couplet 3 : le mystère sublime du Christ, qui passe par son incarnation, c’est-à-dire sa venue en chair comme nous et qui le fait devenir mon frère, notre frère : Jésus le dit lui-même dans les Evangiles .

 

Luc 8:21  « Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. »

 

Nous sommes donc devenus, comme Jésus, notre frères, héritiers de Dieu et de son royaume. Ephésiens 1 : 3 à 8 – 13-14.

 

« 3 ¶ Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ. 

4  En lui, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour, 

5  il nous a prédestinés par Jésus-Christ à être adoptés, selon le dessein bienveillant de sa volonté, 

6  pour célébrer la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. 

7  En lui, nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés selon la richesse de sa grâce

8        que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et intelligence.  …]

13  En lui, vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui, vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis

14  et qui constitue le gage de notre héritage, en vue de la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis pour célébrer sa gloire. »

 

le refrain change alors et devient une louange à la bonté de Dieu (voir paroles dans ATG) pour les refrains 3 et 4.

 

Couplet 4 : la résurrection, l’enlèvement de l’église ou le passage en l’au-delà, mise en chant simplifiée de l’Apocalypse de Jean ou des propos de Paul dans la première épitre de Paul aux Thessaloniciens.

 

Apocalypse 22 :3 à 5 : « 3  Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville. Ses serviteurs le serviront

4  et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. 

5  La nuit ne sera plus, et ils n’auront besoin ni de la lumière d’une lampe,  ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils règneront aux siècles des siècles. »

 

1 Thessaloniciens 4 : 15 à 17 : « 15  Voici, en effet, ce que nous vous déclarons, d’après une parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. 

16  Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront en premier lieu. 

17                Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons enlevés ensemble avec eux dans les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

 

La bonté de Dieu est alors célébrée in situ, « dans son divin séjour » et c’est l’amour de Dieu qui clôt la version originale du chant, et non plus la puissance. Ce qui nous sauve est l’amour de Dieu, en aucun cas sa puissance.

 

Nous avons donc dans ce chant un résumé de l’histoire humaine face au dessein de Dieu. Qui ne peut s’accomplir que par la venue de Jésus ;

 

Chant 2 – Attaché à la Croix pour moi 127 JEM

 


Quel Sauveur merveilleux je possède !

Il s’est sacrifié pour moi

Et sa vie innocente, il cède

Pour mourir sur l’infâme bois.

Attaché à la croix pour moi,

Attaché à la croix pour moi,

Il a pris mon péché,

Il m’a délivré,

Attaché à la croix pour moi.

 

Il renonce à la gloire céleste

Pour le plan rédempteur de Dieu.

L’apparence est la plus modeste,

Ô quel prix pour me rendre heureux.

 

Maltraité, innocent, pour ma vie,

Pour mes iniquités, brisé

Et chargé de mes maladies,

Il mourut pour guérir, sauver.

 

Le salut accompli pour ses frères,

Mon Sauveur se rendit au ciel.

Il revient! Ô profond mystère,

Mon bonheur sera éternel.


 

 

Là encore, un vrai petit scénario de l’Evangile.

 

Couplet 1 : nous sommes comme les disciples au Golgotha ; il est mort sur la croix, sur l’ »infâme bois ». ils ne comprennent rien, comme les disciples d’Emmaüs.

 

Luc 24 : 18 à 21 : « L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui séjourne à Jérusalem et ne sache pas ce qui s’y est produit ces jours-ci? 

19  Quoi? leur dit-il. Ils lui répondirent: Ce qui s’est produit au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, 

20  et comment nos principaux sacrificateurs et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié. 

21                Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël, mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces événements se sont produits. » 

 

Le refrain célèbre le rachat de nos vies.

 

Couplet 2 : La venue du Fils de Dieu est présentée en 4 vers seulement. L’essentiel est dit : Jésus-Christ renonce à son statut céleste. Ce que Paul dit autrement :

 

Philippiens 2 : 6 à 8 : « 5  Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, 

6  lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 

7  mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, 

8                    il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix. »

 

Il devient un homme du peuple, à l’apparence des plus modestes.

 

Esaïe 53 : 2 : «  Il s’est élevé devant lui comme un rejeton, Comme une racine qui sort d’une terre assoiffée; Il n’avait ni apparence, ni éclat Pour que nous le regardions, Et son aspect n’avait rien pour nous attirer. »

 

Couplet 3 : la mise à mort de Jésus et sa signification pour un chrétien .

 

Esaïe 53 : 4 & 5 : «  Certes, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous, nous l’avons considéré comme atteint d’une plaie; Comme frappé par Dieu et humilié. 

5                    Mais il était transpercé à cause de nos crimes, Écrasé à cause de nos fautes; Le châtiment qui nous donne la paix est (tombé) sur lui, Et c’est pas ses meurtrissures que nous sommes guéris. »

 

Le sens de la mort est alors éclairé : il s’agit de guérir et sauver, les mots même qu’emploie le prophète de l’Ancien Testament.

 

Couplet 4 : l’Ascension et la Parousie

 

Ce couplet nous décrit deux manifestations de la glorification de Jésus.

 

Marc 16 :19-20 : « 19  Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et il s’assit à la droite de Dieu. 

20                Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la parole par les signes qui l’accompagnaient. »

 

Matthieu 24 : 36-39 : « 36  Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. 

37  Comme aux jours de Noé ainsi en sera-t-il à l’avènement du Fils de l’homme. 

38  Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; 

39                et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous; il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. »

Nous voyons donc ici qu’un chant simple peut être un concentré d’Evangile et nous comprenons mieux que des hommes et des femmes se soient convertis à l’écoute d’un simple cantique.

 

Ceci doit aussi nous inciter à veiller sur la qualité de nos chants, à mélanger intelligemment chants « lourds » et « légers », pour exprimer simplement notre joie, ce que nous allons faire pour finir cette première partie, après l’analyse d’un dernier exemple, peut-être le plus célèbre.

 

Chant 3 : A toi la Gloire – 1 ATG

 


À toi la gloire, ô ressuscité !

À toi la victoire pour l’éternité.

 

Brillant de lumière, l’ange est descendu,

Il roule la pierre du tombeau vaincu.

 

Vois-le paraître :

C’est lui, c’est Jésus.

Ton sauveur ton maître,

Oh ! ne doute plus.

Sois dans l’allégresse peuple du Seigneur

Et redis sans cesse que Christ est vainqueur.

 

Craindrais-je encore ?

Il vit à jamais,

Celui que j’adore,

Le Prince de paix.

Il est ma victoire, mon puissant soutien,

Ma vie et ma gloire, non, je ne crains rien.


 

Ce chant est un chant de triomphe, tiré du « Messie » de Georg-Friedrich Haendel, compositeur anglo-saxon du XVII ème siècle, strict contemporain de J.S Bach. Il célèbre l’inversion de la logique ordinaire. La mort est d’habitude la défaite finale et totale de l’homme.

 

Couplet 1 : Où est la victoire de la mort ?

 

1 Corinthiens 15 :55-57 : « 55  O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? 

56  L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi. 

57                Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! »

Retenez le mot aiguillon, il reviendra tout à l’heure !

 

Couplet 2 : C’est la célébration de la victoire. Ici, c’est une victoire collective, pour le « peuple du Seigneur ». Nous retrouvons ici les accents des Psaumes.

 

Couplet 3 : La victoire devient alors personnelle : la crainte est bannie. Dieu apparaît avec des attributs importants ; il est victoire, soutien, vie et gloire. Retenons aussi ces mots, pour la suite de notre culte

 

Ce que nous venons de voir dans ces cantiques classiques produit en nous une vraie joie qui nous pousse à célébrer Dieu par le chant.

 

JM Dauriac – août 2016

 

Laisser un commentaire

Les religions du livre et la société française actuelle

5 mars 2016 à 4:49 | Dans Bible et vie, dans l'actualité | Laisser un commentaire

Au printemps 2016, j’ai organisé ce cycle de conférences-débats à Pessac (Gironde) pour apporter ma contribution à la compréhension réciproque des citoyens et combattre cette idée qui veut que les religions soient des facteurs de guerre et de violence. Ci-dessous, le programme de ces rencontre et les enregistrements des conférences.

religions-du-livre-affiche.jpg

les conférences-débats enregistrées:

- rencontre du 11 février 2013: le christianisme 

- rencontre du 3 mars 2016: le judaïsme

- rencontre du 17 mars: conference-islam-par-mahmoud-doua-pessac-17-mars-2016-revu.mp3

- questions de la rencontre du 17 mars 2016: questions-islam-par-mahmoud-doua-pessac-17-mars-2016.mp3

- table ronde du 31 mars 2016: lien de téléchargement: https://mon-partage.fr/f/8gLPbPwM/

Laisser un commentaire
« Page précédentePage suivante »

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^