Trois cantiques classiques étudiés pour leur message évangélique

7 août 2016 à 10:31 | Dans Bible et vie |

première partie du culte du 7 août 2016 à Pessac

 

 

 

Chant 1 : Dieu tout-puissant 58 ATG

 


Dieu tout-puissant, quand mon cœur considère

Tout l’univers créé par ton pouvoir :

Le ciel d’azur, les éclairs, le tonnerre,

Le clair matin ou les ombres du soir.

 

De tout mon être alors s’élève un chant :

Dieu tout-puissant, que tu es grand !

De tout mon être alors s’élève un chant :

Dieu tout-puissant, que tu es grand !

 

Quand par les bois ou la forêt profonde

J’erre et j’entends tous les oiseaux chanter,

Quand sur les monts la source avec son onde

Livre au zéphyr son chant doux et léger.

 

Mais quand je songe, ô sublime mystère !

Qu’un Dieu si grand a pu penser à moi,

Que son cher Fils est devenu mon frère

Et que je suis héritier du grand Roi.

 

Tu créas l’arbre et le buisson d’épines

Pour la couronne et le bois de la croix ;

Car ta pensée éternelle et divine,

C’était d’offrir Jésus ton Fils pour moi.

 

Quand mon Sauveur, éclatant de lumière,

Se lèvera de son trône éternel,

Et que, laissant les douleurs de la terre,

Je pourrai voir les splendeurs de ton ciel.


 

 

Le culte que nous rendons à Dieu ce matin est celui d’un peuple racheté face à son créateur. Ce chant est une belle expression classique de notre foi. Reprenons les paroles de ce chant.

 

Il contient un résumé populaire de ce qu’est le christianisme. Le schéma est répétitif, comme souvent dans les chansons ou les cantiques. Le couplet expose un moment de vie ou de pensée et le refrain tire la conclusion spirituelle.

 

Couplet 1 : L’univers, la Terre dans le Cosmos et les éléments sont contemplés avec admiration comme preuve d’un ordre du monde, ce qui amène à célébrer la grandeur de Dieu dans le refrain 1 qui est centré sur la grandeur de Dieu.

 

Couplet 2 : une sorte de zoom avant sur la nature, l’oiseau, la source et le vent. On dirait du J .J. Rousseau. La conclusion est la répétition du refrain 1 sur la grandeur de Dieu.

 

Les deux premiers couplets s’inclinent devant l’évidence de la création divine. Ce qui se retrouve dans un texte biblique célèbre en Romains 1 :19-20 :

 

« 19 ¶ car ce qu’on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, car Dieu le leur a manifesté. 

20  En effet, les (perfections) invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient fort bien depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. »

 

Couplet 3 : le mystère sublime du Christ, qui passe par son incarnation, c’est-à-dire sa venue en chair comme nous et qui le fait devenir mon frère, notre frère : Jésus le dit lui-même dans les Evangiles .

 

Luc 8:21  « Mais il répondit: Ma mère et mes frères, ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la mettent en pratique. »

 

Nous sommes donc devenus, comme Jésus, notre frères, héritiers de Dieu et de son royaume. Ephésiens 1 : 3 à 8 – 13-14.

 

« 3 ¶ Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ. 

4  En lui, Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour, 

5  il nous a prédestinés par Jésus-Christ à être adoptés, selon le dessein bienveillant de sa volonté, 

6  pour célébrer la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. 

7  En lui, nous avons la rédemption par son sang, le pardon des péchés selon la richesse de sa grâce

8        que Dieu a répandue abondamment sur nous en toute sagesse et intelligence.  …]

13  En lui, vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l’Évangile de votre salut, en lui, vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis

14  et qui constitue le gage de notre héritage, en vue de la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis pour célébrer sa gloire. »

 

le refrain change alors et devient une louange à la bonté de Dieu (voir paroles dans ATG) pour les refrains 3 et 4.

 

Couplet 4 : la résurrection, l’enlèvement de l’église ou le passage en l’au-delà, mise en chant simplifiée de l’Apocalypse de Jean ou des propos de Paul dans la première épitre de Paul aux Thessaloniciens.

 

Apocalypse 22 :3 à 5 : « 3  Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville. Ses serviteurs le serviront

4  et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. 

5  La nuit ne sera plus, et ils n’auront besoin ni de la lumière d’une lampe,  ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les éclairera. Et ils règneront aux siècles des siècles. »

 

1 Thessaloniciens 4 : 15 à 17 : « 15  Voici, en effet, ce que nous vous déclarons, d’après une parole du Seigneur: nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui se sont endormis. 

16  Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront en premier lieu. 

17                Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons enlevés ensemble avec eux dans les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

 

La bonté de Dieu est alors célébrée in situ, « dans son divin séjour » et c’est l’amour de Dieu qui clôt la version originale du chant, et non plus la puissance. Ce qui nous sauve est l’amour de Dieu, en aucun cas sa puissance.

 

Nous avons donc dans ce chant un résumé de l’histoire humaine face au dessein de Dieu. Qui ne peut s’accomplir que par la venue de Jésus ;

 

Chant 2 – Attaché à la Croix pour moi 127 JEM

 


Quel Sauveur merveilleux je possède !

Il s’est sacrifié pour moi

Et sa vie innocente, il cède

Pour mourir sur l’infâme bois.

Attaché à la croix pour moi,

Attaché à la croix pour moi,

Il a pris mon péché,

Il m’a délivré,

Attaché à la croix pour moi.

 

Il renonce à la gloire céleste

Pour le plan rédempteur de Dieu.

L’apparence est la plus modeste,

Ô quel prix pour me rendre heureux.

 

Maltraité, innocent, pour ma vie,

Pour mes iniquités, brisé

Et chargé de mes maladies,

Il mourut pour guérir, sauver.

 

Le salut accompli pour ses frères,

Mon Sauveur se rendit au ciel.

Il revient! Ô profond mystère,

Mon bonheur sera éternel.


 

 

Là encore, un vrai petit scénario de l’Evangile.

 

Couplet 1 : nous sommes comme les disciples au Golgotha ; il est mort sur la croix, sur l’ »infâme bois ». ils ne comprennent rien, comme les disciples d’Emmaüs.

 

Luc 24 : 18 à 21 : « L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-tu le seul qui séjourne à Jérusalem et ne sache pas ce qui s’y est produit ces jours-ci? 

19  Quoi? leur dit-il. Ils lui répondirent: Ce qui s’est produit au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, 

20  et comment nos principaux sacrificateurs et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié. 

21                Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël, mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces événements se sont produits. » 

 

Le refrain célèbre le rachat de nos vies.

 

Couplet 2 : La venue du Fils de Dieu est présentée en 4 vers seulement. L’essentiel est dit : Jésus-Christ renonce à son statut céleste. Ce que Paul dit autrement :

 

Philippiens 2 : 6 à 8 : « 5  Ayez en vous la pensée qui était en Christ-Jésus, 

6  lui dont la condition était celle de Dieu, il n’a pas estimé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, 

7  mais il s’est dépouillé lui-même, en prenant la condition d’esclave, en devenant semblable aux hommes; après s’être trouvé dans la situation d’un homme, 

8                    il s’est humilié lui-même en devenant obéissant jusqu’à la mort, la mort sur la croix. »

 

Il devient un homme du peuple, à l’apparence des plus modestes.

 

Esaïe 53 : 2 : «  Il s’est élevé devant lui comme un rejeton, Comme une racine qui sort d’une terre assoiffée; Il n’avait ni apparence, ni éclat Pour que nous le regardions, Et son aspect n’avait rien pour nous attirer. »

 

Couplet 3 : la mise à mort de Jésus et sa signification pour un chrétien .

 

Esaïe 53 : 4 & 5 : «  Certes, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous, nous l’avons considéré comme atteint d’une plaie; Comme frappé par Dieu et humilié. 

5                    Mais il était transpercé à cause de nos crimes, Écrasé à cause de nos fautes; Le châtiment qui nous donne la paix est (tombé) sur lui, Et c’est pas ses meurtrissures que nous sommes guéris. »

 

Le sens de la mort est alors éclairé : il s’agit de guérir et sauver, les mots même qu’emploie le prophète de l’Ancien Testament.

 

Couplet 4 : l’Ascension et la Parousie

 

Ce couplet nous décrit deux manifestations de la glorification de Jésus.

 

Marc 16 :19-20 : « 19  Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et il s’assit à la droite de Dieu. 

20                Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la parole par les signes qui l’accompagnaient. »

 

Matthieu 24 : 36-39 : « 36  Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne les connaît, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. 

37  Comme aux jours de Noé ainsi en sera-t-il à l’avènement du Fils de l’homme. 

38  Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche; 

39                et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vienne et les emporte tous; il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. »

Nous voyons donc ici qu’un chant simple peut être un concentré d’Evangile et nous comprenons mieux que des hommes et des femmes se soient convertis à l’écoute d’un simple cantique.

 

Ceci doit aussi nous inciter à veiller sur la qualité de nos chants, à mélanger intelligemment chants « lourds » et « légers », pour exprimer simplement notre joie, ce que nous allons faire pour finir cette première partie, après l’analyse d’un dernier exemple, peut-être le plus célèbre.

 

Chant 3 : A toi la Gloire – 1 ATG

 


À toi la gloire, ô ressuscité !

À toi la victoire pour l’éternité.

 

Brillant de lumière, l’ange est descendu,

Il roule la pierre du tombeau vaincu.

 

Vois-le paraître :

C’est lui, c’est Jésus.

Ton sauveur ton maître,

Oh ! ne doute plus.

Sois dans l’allégresse peuple du Seigneur

Et redis sans cesse que Christ est vainqueur.

 

Craindrais-je encore ?

Il vit à jamais,

Celui que j’adore,

Le Prince de paix.

Il est ma victoire, mon puissant soutien,

Ma vie et ma gloire, non, je ne crains rien.


 

Ce chant est un chant de triomphe, tiré du « Messie » de Georg-Friedrich Haendel, compositeur anglo-saxon du XVII ème siècle, strict contemporain de J.S Bach. Il célèbre l’inversion de la logique ordinaire. La mort est d’habitude la défaite finale et totale de l’homme.

 

Couplet 1 : Où est la victoire de la mort ?

 

1 Corinthiens 15 :55-57 : « 55  O mort, où est ta victoire? O mort, où est ton aiguillon? 

56  L’aiguillon de la mort, c’est le péché; et la puissance du péché, c’est la loi. 

57                Mais grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ! »

Retenez le mot aiguillon, il reviendra tout à l’heure !

 

Couplet 2 : C’est la célébration de la victoire. Ici, c’est une victoire collective, pour le « peuple du Seigneur ». Nous retrouvons ici les accents des Psaumes.

 

Couplet 3 : La victoire devient alors personnelle : la crainte est bannie. Dieu apparaît avec des attributs importants ; il est victoire, soutien, vie et gloire. Retenons aussi ces mots, pour la suite de notre culte

 

Ce que nous venons de voir dans ces cantiques classiques produit en nous une vraie joie qui nous pousse à célébrer Dieu par le chant.

 

JM Dauriac – août 2016

 

Pas encore de commentaires »

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un petit (ou un grand!) commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^