Equipés pour le service

10 mars 2014 à 9:43 | Dans Bible et vie | Laisser un commentaire

Equipés pour le service

 

 

Nous prendrons deux textes tirés du livre de l’Exode. Ces deux extraits, comme le livre entier, nous sont culturellement lointains (monde antique et oriental de surcroît, époque polythéiste…). Mais ils peuvent aujourd’hui encore délivrer un enseignement à chaque chrétien et à l’Eglise, locale ou universelle.

 

Exode 3 : 7-12 ; 4 :1-4 & 10-17

 

7 ¶ L’Éternel dit: J’ai bien vu la misère de mon peuple qui est en Égypte,  et j’ai entendu son cri à cause de ses oppresseurs, car je connais ses douleurs. 

8  Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays découlant de lait et de miel, dans la région (où habitent) les Cananéens, les Hittites, les Amoréens, les Phéréziens, les Héviens et les Yebousiens. 

9  Maintenant le cri des Israélites est venu jusqu’à moi, et j’ai vu l’oppression que leur font subir les Égyptiens. 

10  Maintenant, va, je t’envoie vers le Pharaon; fais sortir d’Égypte mon peuple, les Israélites. 

11 ¶ Moïse dit à Dieu: Qui suis-je, pour aller vers le Pharaon et pour faire sortir d’Égypte les Israélites? 

12    Dieu dit: Je suis avec toi; et voici quel sera pour toi le signe que c’est moi qui t’envoie: quand tu auras fait sortir d’Égypte le peuple,  vous rendrez un culte à Dieu sur cette montagne. 

………

 

1 ¶ Moïse répondit: Ils ne me croiront pas et n’écouteront pas ma voix. Mais ils diront: l’Éternel ne t’est pas apparu. 

2  L’Éternel lui dit: Qu’y a-t-il dans ta main? Il répondit: Un bâton. 

3  L’Éternel dit: Jette-le par terre. Il le jeta par terre, et cela devint un serpent. Moïse s’enfuit devant lui. 

4        L’Éternel dit à Moïse: Étends ta main et saisis-le par la queue. Il étendit la main et le saisit: et cela redevint un bâton dans sa main. 

 

……………

 

10 ¶ Moïse dit à l’Éternel: Ah! Seigneur, moi je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n’est ni d’hier, ni même d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car moi j’ai la bouche et la langue pesantes. 

11  L’Éternel lui dit: Qui a donné une bouche à l’être humain? Et qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle? N’est-ce pas moi, l’Éternel? 

12  Va donc maintenant; c’est moi qui suis avec ta bouche, et je t’enseignerai ce que tu auras à dire. 

13  Moïse dit: Ah! Seigneur, envoie qui tu voudras envoyer. 

14  Alors la colère de l’Éternel s’enflamma contre Moïse, et il dit: N’y a-t-il pas ton frère Aaron, le Lévite? Je sais qu’il parlera facilement.  D’ailleurs, le voici lui-même qui vient à ta rencontre. Quand il te verra,  il se réjouira de tout coeur. 

15  Tu lui parleras et tu mettras ces paroles dans sa bouche; et moi, je serai avec ta bouche et avec sa bouche, et je vous enseignerai ce que vous aurez à faire. 

16  Il parlera pour toi au peuple; il te servira de bouche, et tu tiendras pour lui la place de Dieu. 

13    Prends dans ta main ce bâton avec lequel tu opéreras les signes

 

Thème 1 : Moïse, pas du tout équipé et pas décidé à servir…

 

Rappelons brièvement le contexte :

  • Le peuple hébreu est en Egypte depuis 300 ans environ, d’abord venu fuir une famine (au temps de Joseph), puis réduit en esclavage.
  • Moïse, l’enfant sauvé des eaux, recueilli et élevé par la fille de Pharaon, est éduqué comme un noble Egyptien et il découvre fortuitement la condition du peuple hébreu ; il devient meurtrier d’un garde égyptien et doit s’enfuir au désert, au vaste pays de Madian, où il devient berger, prend épouse chez Jéthro et vit une vie fruste d’exilé. Là se situe notre texte qui débute au chapitre 3 versets 1 à 6 par le récit du buisson ardent.
  • L’enjeu : la libération du peuple hébreu, celui que Dieu appelle ici « mon peuple » (verset 7).
  • Le problème : Moïse doit retourner en Egypte pour accomplir la mission que Dieu veut lui confier, avec les risques que cela comporte pour lui. Ce n’est pas humainement souhaitable, c’est même dangereux. On comprend pourquoi il tergiverse. Il est un homme « normal » mis en face de l’a-normalité de la révélation de Dieu. Il ne faut donc pas le juger comme un homme faible et craintif.

 

Premier enseignement pour nous :

 

Toute conversion ou rencontre de l’homme ou de la femme avec Dieu relève de ce choc entre l’humain, le concret, le réel ou le naturel et le divin, l’abstrait, le surnaturel de Dieu. C’est très souvent difficile à accepter et la raison et l’intelligence cherchent à contourner ces faits dérangeants et à nous ramener au rationnel humain.

 

Commence alors un dialogue avec Dieu, à la fois savoureux et majestueux, où Moïse avance des arguments crédibles et raisonnables.

 

1 . verset 11 du chapitre 3 : « Qui suis-je, pour aller vers le Pharaon et pour faire sortir d’Égypte les Israélites? »

 

C’est  l’argument de l’incapacité : « Seigneur, je ne peux pas. Je ne fais pas le poids face aux grands de ces sociétés, aux gens cultivés, riches, religieux… »

 

Nous pouvons avoir ce sentiment, qui est humainement légitime, de ne pas être capable de … La question n’est pas notre qualification, mais avec qui parlons-nous alors ?

 

Le verset suivant dit : « Je serai avec toi. »

 

Là se trouve le saut de la foi.

 

(On saute les versets 13 à 22 du chapitre 3 où Moïse continue son objection rationnelle : Au nom de qui dois-je parler ? Quelle est ta légitimité pour m’envoyer et la mienne ? Cela donne à Dieu la possibilité de se nommer : « Je suis celui qui suis »)

 

2. Verset 1 du chapitre 4 : « Ils ne me croiront pas »

 

L’incrédulité se déplace de Moïse vers les enfants d’Israël. C’est un classique du doute. Ce n’est pas moi qui suis en cause, mais eux. Inutile de s’occuper de leur incrédulité. Pensons aussi à l’histoire de Jonas.

 

La réponse de Dieu est concrète : c’est le bâton (ou la verge) changé en serpent, puis redevenu bâton. C’est une réponse du registre de ce que les hommes appellent la magie. Dieu use des moyens de l’époque, où chaque cour royale ou impériale a ses mages et ses devins (cf leur rôle dans la suite de la mission de Moïse auprès de Pharaon). Ici, la démonstration est pour les Hébreux d’abord, devenus étrangers à l’Eternel, contaminés par les cultes idolâtres égyptiens. Elle sera pour les Egyptiens en seconde main.

 

3. verset 10 du chapitre 4 : « Ah! Seigneur, moi je ne suis pas un homme qui ait la parole facile, et ce n’est ni d’hier, ni même d’avant-hier, ni même depuis que tu parles à ton serviteur; car moi j’ai la bouche et la langue pesantes. »

 

Je ne peux pas parler au nom de Dieu (ou Jésus) car je ne suis pas doué. Je suis naturellement avec « la bouche et la langue pesantes ».

 

Là, Moïse résiste beaucoup car au verset 13, il recule et affronte Dieu par son refus.

 

« Ah! Seigneur, envoie qui tu voudras envoyer. »

 

Nous avons sûrement été placé dans une situation analogue. Nous savons et nous pouvons refuser la mission avec des tas de bons prétextes. L’argument final de Moïse « Qui tu voudras » est spirituellement absurde. Dieu veut l’envoyer lui, il le lui répète depuis un moments. Mais Moïse refuse la volonté de Dieu.

 

Et Dieu finit par céder, ce qui est très surprenant. Il choisit Aaron comme intermédiaire.

 

Le verset 18 dit : « Moïse s’en alla ».

 

Moïse est vaincu dans son argumentation. Il a pourtant utilisé de gros arguments que nous pouvons résumer :

 

  1. Je ne suis pas qualifié. Réponse : je serai avec toi ;
  2. Je ne sais pas qui je vais représenter. Réponse : « Je suis Celui qui suis ».
  3. Ils ne me croiront pas. Réponse : le bâton-serpent
  4. Je ne peut-être ton envoyé car je ne suis pas un orateur. Réponse en deux temps : Je serai moi-même avec ta bouche (verset 12) ; prends Aarons et tu lui parleras (verset 15).

 

Face à l’appel de Dieu (qui suit ou accompagne notre salut par grâce) , nous sommes dépassés et secoués dans nos raisonnements humains. Il faut souvent que Dieu aille loin pour nous vaincre et que nous le croyions vraiment.

 

Moïse démarre alors sa mission qui remplit le reste du livre de l’Exode. Il fait un grand nombre d’expériences personnelles avec Dieu et accomplit ce pour quoi Dieu l’a appelé.

C’est un bon résumé d’une vie en Christ.

 

Thème 2 : Quand Moïse vit Dieu équiper les autres, comme il été lui-même équipé par Dieu.

 

Exode 31 :1-6

« 1 ¶ L’Éternel parla à Moïse et dit: 

2  Vois: j’ai appelé par son nom Betsaleél, fils d’Ouri, fils de Hour, de la tribu de Juda. 

3  Je l’ai rempli de l’Esprit de Dieu, de sagesse, d’intelligence et de compétence pour toutes sortes d’ouvrages, 

4  pour concevoir des plans, pour travailler l’or, l’argent et le bronze, 

5  pour graver les pierres à enchâsser, pour tailler le bois et pour exécuter toutes sortes d’ouvrages. 

5                    Je lui ai donné pour aide Oholiab, fils d’Ahisamak, de la tribu de Dan.  J’ai mis de la sagesse dans le coeur de tous les gens habiles, pour qu’ils fassent tout ce que je t’ai ordonné: »

 

A partir du chapitre 25 il s’agit des consignes de Dieu pour l’édification de sa demeure, ceci jusqu’à la fin du chapitre 30, donc, juste avant notre texte.

Au chapitre 31 la question est : qui va construire ce sanctuaire ? Qui va être missionné ?

 

Voici une autre mission de Moïse, à un autre moment de sa vie où il n’est plus seul et débutant, mais chef reconnu des Israélites. Il est le Prophète, celui qui parle avec Dieu sur la Montagne et a reçu les 10 Paroles gravées sur les tables de pierre. Dieu peut alors aller à l’essentiel avec lui.

 

  1. verset 1 du chapitre 4 : « J’ai appelé par son nom »

Dieu a choisi les hommes qui vont contribuer par leur action au sanctuaire. L’appel est nominatif, précis. Un don divin, un équipement, un charisme d’après le mot grec utilisé par Paul, n’est pas familial, il n’est pas donné à un couple , il est donné à Un individu particulier, même si c’est toujours pour l’œuvre commune.

 

Soyons attentifs à cet aspect personnel, c’est toute la différence avec les églises de multitudes ou avec l’Islam.

 

  1. verset  2 du chapitre 4 :«  je l’ai rempli du souffle de Dieu »

Le mot original est « ruha », le même mot que celui du verset 2 de la Genèse : le souffle créateur.

Dieu partage sa richesse et sa puissance avec l’homme ou la femme qui lui appartient. Mais n’oublions jamais que c’est SON souffle.

 

  1. suite du verset : « …de sagesse, d’intelligence et de compétence »

 

la sagesse qui est définie en Proverbes 1 :7

« Le commencement de la sagesse, c’est la crainte de l’Eternel. »

L’intelligence, qui est la capacité à penser, comprendre et réfléchir personnellement.

La compétence qui relève de la culture et de l’apprentissage.

 

Ces 3 qualités se bonifient entre elles. Pourquoi sont-elles données à Betsaleél ?

« pour toutes sortes d’ouvrages. »

 

Tout ce qui contribue à la construction du sanctuaire de Dieu. Il y a diversité des tâches, donc diversité des équipements et dons attribués par Dieu. Le verset 6 précise que la dotation concerne tous les gens habiles utiles.

 

Moïse, parce qu’il a su dépasser ses objections initiales, a grandi à travers sa mission (et aussi ses échecs). Il peut alors voir Dieu équiper le peuple autour de lui pour une action sainte, collective et coordonnée.

 

Conclusion.

 

Ce chemin de Moïse est riche de promesses pour nous. Il ne s’agit pas d’une histoire vieille de plus de 3000 ans mais d’un enseignement de la Torah (mot qui signifie lui-même « enseignement »), la bible juive.

Dans la Nouvelle Alliance, des promesses identiques sont faites par Jésus ou les auteurs des Epitres au nom de Dieu. Elles visent toutes à nous montrer que Dieu nous équipe et équipe son peuple pour libérer l’humanité sous la servitude de la séparation d ‘avec Dieu, ceci à toutes les époques.

 

Nous pouvons citer, sans les relire :

 

  • La promesse du don de l’Esprit : Jean 14 :2-6 ; reprise en Actes 1 :8
  • La promesse des dons qui sont les fruits de l’Esprit : Galates 5 :22-23 &  Corinthiens 12 :4-11
  • La promesses des qualifications spirituelles (ministères) : 1 Corinthiens 12 :27-31

 

Tout cela avec une finalité : l’Eglise, temple de Dieu aux pierres vivantes.

 

1 Corinthiens 3 :16 :

« 6 ¶ Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? »

 

L’objectif est de célébrer la grâce de Dieu qui nous utilise pour le salut de tous les hommes :

 

1 Timothée 2:3-4  « Cela est bon et agréable devant Dieu, notre Sauveur, 

4        qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. »

 

Laisser un commentaire

C’est gratuit !

10 mars 2014 à 9:42 | Dans Bible et vie, dans l'actualité | Laisser un commentaire

C’est gratuit !

 

Introduction :

 

Combien de fois n’avons-nous pas été interpellé et appâté par un « c’est gratuit ! ». Dans une société marchande comme la nôtre, il s’agit d’un argument de choc. Le gratuit est à la fois attirant et suspect. Si c’est gratuit, c’est qu’il y a un piège, puisque tout ou presque est payant aujourd’hui. Mais profiter de quoi que ce soit (spectacle, voyage…) sans débourser est quand même intéressant. Ce dilemme est à l’image de notre monde et de la façon dont il a conformé notre esprit. Nous allons donc essayer de voir ce sujet sous l’angle d’analyse chrétien, c’est-à-dire avec un recul critique qui ne s’en laisse pas conter.

 

Comme toujours, il faut revenir au sens premier des mots.

 

Gratuit : vient du latin impérial « gratuitus », signifie au départ « désintéressé », « sans motif ». Ce sens est resté le même au fil du temps.

Mais il existe un autre sens relié à celui-ci, que l’on retrouve dans l’expression « acte gratuit » ou « crime gratuit ».

« Acte étranger à tout système moral propre à une collectivité et individualiste, et qui n’a pour objectif que lui-même. » (Grand Larousse).

Bien que ces deux sens soient reliés, ils sont assez éloignés quant à leurs conséquences.

 

Nous allons procéder en trois temps :

  1. Analyser rapidement la gratuité proposée par nos sociétés ;
  2. La comparer à l’univers de la foi chrétienne dans ses fondements ;
  3. réfléchir au rapport de l’homme à la gratuité dans les deux contextes abordés auparavant.

 

Thème 1 : Le  gratuit et la gratuité dans nos sociétés

 

Dans notre vie quotidienne nous avons plusieurs types de gratuité auxquelles nous sommes confrontés entant que citoyen, consommateur ou simple humain.

 

La gratuité des services publics.

Nous sommes habitués à envoyer nos enfants à l’école gratuitement, à rouler gratis sur nos routes nationales ou a accéder à un service d’urgence d’hôpital sans avoir besoin de payer. Nous sommes ainsi entourés de services publics assurés par l’Etat gratuitement. Mais cette gratuité n’en est pas une : sans contribution commune de l’impôt, plus d’école gratuite, plus de routes, plus d’accueil sanitaire…. Cette gratuité est en fait payée avant que nous la consommions. C’est comme si nous avions acquitté un abonnement annuel. Si les services publics sont gratuits, c’ un abonnement annuel. Si les services publics sont gratuits, c’est uniquement parce qu’il y a un accord politique entre les gens qui habitent un même pays. Nous entendons assez aujourd’hui remettre en cause le « modèle social français ». Cette gratuité est une solidarité assumée. Mais tout ceci a bel et bien un coût ! (vois la Sécurité Sociale et son gouffre).

 

La gratuité de l’assistance aux plus démunis relève de la même logique non-marchande comme on dit en économie. Ainsi faut-il comprendre le rôle du bénévolat. Le travail des millions de bénévoles n’est pas « rien ». d’ailleurs dans les dossiers de subventions, il est demandé d’évaluer et de chiffrer les apports en nature du travail des bénévoles. Le vestiaire ou la soupe du Secours Populaire n’est nullement gratuit. C’est seulement son accès qui l’est. Il en est de même des soutiens financiers défiscalisés aux associations diverses. Ceci coûte à la collectivité et au particulier.

 

La gratuité sur et grâce à Internet doit aussi être analysée. C’est le plus grand mythe économique de ces dernières années. Tout est payé par ailleurs. Pour avoir le droit d’accéder à des cours « gratuits » en ligne, vous devez d’abord vous acquitter d’un abonnement mensuel. Et si ce n’est pas toi c’est donc ton frère ! Ensuite, toute la gratuité du Net repose sur le matraquage publicitaire intensif. La publicité se déplace de plus en plus des médias traditionnels (radio, télé, journaux) vers le web. Il n’y a pas de miracle. Le marché n’est pas extensible. On déshabille Pierre pour habiller Paul. Même les sites personnels ne sont nullement gratuits, il y a toujours des paiements en amont. Il s’agit d’une nouvelle économie mais elle n’est pas gratuité. Une économie peut-elle d’ailleurs être gratuite ?

 

Ainsi voyons-nous qu’en fait rien n’est vraiment gratuit au sens initial. Comparons maintenant avec l’univers de la foi.

 

Thème 2 : La foi chrétienne fondée sur un don gratuit

 

On ne saurait mieux définir la foi chrétienne. S’il existe aujourd’hui tout un univers de « religions chrétiennes », il est entièrement fondé sur un double geste gratuit au sens second précédemment défini.

 

Don gratuit et grâce

Dieu n’avait pas de motif autre que l’amour pour envoyer son fils. C’est tout le sens de Jean 3 :16

 

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ait la vie éternelle. »

 

A la base, seulement un amour incommensurable, celui du Créateur pour sa créature.

La motivation est donc très différente de ce que nous avons vu plus haut. Cet amour n’est pas inscrit dans un système, une sphère marchande et /ou politique. A de très nombreuse reprises dans la Bible il est dit que Dieu a donné. Le don devrait être le contraire de la commercialisation, de la vente ou même de l’échange . Quand je dis à quelqu’un qui a envie d’un objet que je possède « Il te plait ? Je te le donne. », je n’attends rien en retour, n’en déplaise aux anthropologues qui ont élaboré de savantes théories sur le don et le contre-don. Le vrai don est désintéressé et n’attend rien en retour. Dieu donne son Fils uniquement par amour de la créature humaine. Mais le don gratuit est double. Car  ce Fils, pour accomplir la réconciliation voulue par le Père qui l’envoie doit aussi donner sa propre vie humaine dans laquelle il s’est manifesté. Il a la possibilité de refuser. Et nous savons que ce combat moral a eu lieu, dans la jardin des Oliviers près de Jérusalem, le soir de la Pâque.

 

Jésus a combattu contre lui-même pour accomplir ce don gratuit.

 

Une fois ces deux dons accomplis, il reste encore une gratuité pour amener les choses à leur achèvement. Il faut que la réconciliation (le « salut »de l’Evangile) soit accessible à tous et sans contrepartie humaine. A cette seule condition elle sera un vrai don. Nous savons que cela porte un nom en théologie : il s’agit de la « grâce ». Nous sommes bénéficiaires d’un « salut par grâce » pour lequel nous ne pouvons rien faire pour nous le procurer et rien pour le rétribuer. Cette affaire se passe en dehors de nos capacités. Nous n’avons qu’à dire « oui » au cadeau.

 

Le « joyeux service du chrétien » est aussi un don

Les critiques de la religion chrétienne ne manquent pas de signaler que ce salut est acquis au prix de pénitences, dons, pèlerinages et actions charitables. Il s’agit là de la vieille opposition du salut par les œuvres et du salut par la foi, qui a marqué la différence entre Jacques et Paul, mais aussi entre les Catholiques et les Protestants.

Soyons très clairs : nous ne pouvons rien faire pour compenser ou acheter notre salut. La Bible est formelle là-dessus. A ce propos il faut signaler que dorénavant Eglise Catholique et Eglise protestantes historiques sont d’accord, ayant même signé un document sur sujet. La théologie de la grâce est commune à tous les chrétiens.

Il y a une confusion sur ce sujet, entretenue souvent par une imprécision verbale et des siècles de malentendus. Si le chrétien accomplit un service envers l’Eglise et son prochain, ce n’est pas par nécessité ou obligation, comme on rembourserait un crédit.

Si nous servons Dieu, c’est parce que nous avons été transformés par l’amour de Dieu et non pour rembourser une quelconque dette.

 

Thème 3 : L’homme et la gratuité

 

 

Le destin contrarié de l’humanité

L’homme est capable de faire de vrais gestes désintéressés, qui ne lui rapportent rien et qui n’attendent pas de contrepartie. Heureusement dans l’actualité on trouve encore des exemples nombreux : lecture du témoignage du vieil homme publié dans La Vie du 3 octobre.

 

Un simple geste de « bonté » et de « solidarité », anonyme. Contrairement à ce dont nous bombardent les médias sur la violence et l’insécurité, cette France-là existe encore et surtout. Il suffit de voir la réaction de nos concitoyens lors des catastrophes comme la tempête Xynthia. L’humanité des hommes et des femmes est un petit reflet de Dieu comme nous le laisse entendre la Genèse dans le récit de la Création, quand Dieu dit :

 

« Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance… » Genèse 1 :26

 

Nous croyons que la faute a tout cassé, mais c’est en partie faux ; elle nous a séparés de Dieu dans son projet mais elle n’a pas détruit cette ressemblance. Il y a du bon dans l’homme ou la femme, ne l’oublions jamais. Cependant, il faut considérer le poids de l’environnement moral et nos modes de vie. Notre éducation, notre milieu et, surtout, la société dans laquelle nous évoluons pèsent très lourd dans nos comportements. Un modèle capitaliste hyper-individualiste et concurrentiel n’est pas le plus apte à générer de la bonté de la solidarité et de la gratuité. Le modèle marxiste-léniniste, qui affichait de belles ambitions en ce domaine, a échoué lamentablement aussi. Nous récoltons ce qui a été semé. Les naufragés réguliers de la Méditerranée près de l’île de Lampedusa sont le pur produit de notre société mondialiste avancé : ils meurent de nos guerres, de notre exploitation, de nos sectarismes religieux, de notre Forteresse Europe etc… Ils sont aussi le produit de l’incurie de leurs propres pays (Somalie, Sahel ; Tunisie…)

 

Les clés d’une gratuité durable et révolutionnaire

La Bible nous donne le chemin à suivre. Elle nous offre à la fois un enseignement et des exemples de toute nature.

  • La « conversion » est à la base : Actes 2 :37 à 41 – La  « génération perverse » est celle qui a perdu le contact avec la nature initiale de l’homme-créature de Dieu. Certes la conversion est un moment ou un temps unique, mais je suis convaincu que c’est aussi un processus permanent : je dois chaque jour me remettre dans cette attitude de réconciliation. Chaque jour est une « conversion » nécessaire face au monde qui dérive.
  • La réconciliation est la conséquence de la conversion. Je rétablis le contact avec Dieu par l’Esprit Saint revivifié en moi lors de mon baptême. Mais je me réconcilie aussi spirituellement et concrètement avec mes frères et sœurs humains. Paul nous en donne l’injonction de la part de Dieu au nom de l’action de Jésus-Christ: 2 Corinthiens 5 :19

« Car Dieu était dans le Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux humains de leurs fautes et mettant en nous la parole de la réconciliation. »

  • La transformation de notre façon de penser la vie et le monde est la troisième étape de ce processus. Ce verset de Romains 12 :2 que nous citons si souvent est la clé définitive.

«  Ne vous conformez pas à ce monde-ci, mais soyez transfigurés par le renouvellement de votre intelligence…. »

 

Quand nous avons franchi ces étapes alors nous pouvons agir véritablement gratuitement et sans aucun calcul. La Bible nous encourage à l’action envers les hommes sans restriction. Je citerai deux versets du livres de l’Ecclésiaste pour terminer :

 

Ecclésiaste 9 : 10 d’abord :

« Tout ce que ta main trouve à faire, avec ta force, fais-le… »

C’est ici et maintenant qu’il faut travailler par amour pour nos frères, il n’y a pas de seconde chance, pas d’ailleurs où le faire, la fin de ce verset le dit clairement.

 

Ecclésiaste 11 :1 ensuite :

« Jette ton pain sur l’eau, car avec le temps tu le retrouveras ; donne une part à sept, et même à huit, car tu ne sais quel malheur peut arriver sur la terre »

verste à la fois énigmatique et clair, qui nous appelle à la distribution, aux semailles et au partage. Gratuitement véritablement, sans savoir si le fruit sera ou pas, par la foi. Sans attendre d’effusions de remerciements, d’honneurs ou de réciproque. Comme le don de Jésus-Christ sur la Croix.

 

Jean-Michel Dauriac – Octobre 2013

 

 

Laisser un commentaire

Une nuée de témoins

10 mars 2014 à 9:15 | Dans Bible et vie | Laisser un commentaire

Lecture : Lettre aux Hébreux chapitre 12 : versets 1 & 2a.

 

«  Nous donc aussi, puisque nous sommes entourés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau et le péché qui nous enlace si facilement, et courons avec persévérance l’épreuve qui nous est proposée, les yeux fixés sur Jésus qui est le pionnier de la foi et qui la porte à son accomplissement. »

 

Voici un texte très connu mais sur lequel finalement nous glissons souvent, compte tenu de sa position dans le texte.

 

En effet, ces versets suivent le formidable chapitre 11 entièrement consacré à la foi.

Nous sommes alors au cœur de notre espérance chrétienne, car la foi est la seule réponse que nous puissions donner à la Grâce qui nous est faite en Jésus. Or ce chapitre est tellement puissant et riche qu’il attire toute notre attention par la richesses de son contenu, à commencer par une définition canonique de la foi en son verset 1

 

« La foi, c’est la réalité de ce qu’on espère, l’attestation de choses qu’on ne voit pas » Hébreux 11 :1

 

Il est donc très facile ensuite de prendre ces deux versets brefs comme une transition-bilan. Or, ils ont un sens profond et ont interpellé des hommes de Dieu de tous temps. Je citerai ici seulement deux chrétiens du XXème siècle que vous pouvez connaître :

-         Wilfred Monod (1867-1943), pasteur d’une lignée de pasteurs protestants depuis plusieurs générations et qui a tenu le Temple de l’Oratoire du Louvre à Paris, le plus grand temple français par sa réputation. Il a écrit à la fin des années 1920 deux volumes qui portent ce titre et que je ne saurais trop vous recommander de lire.

wilfred-monod-la-nuee-de-temoins-livre.jpgwilfred-monod.jpg 

 

-         David Wilkerson (1931-2011), pasteur évangéliste américains, auteur de « La croix et le poignard », fondateur de Teen Challenge en 1968 et d ‘une grande église indépendante de New York, la Times Square Church. 

david-wilkerson-1.jpg 

 

Mais ce matin, je ne souhaite pas répercuter leurs idées mais vous proposer une autre lecture que vous pourrez compléter par ces lectures.

 

Je vous propose trois temps de réflexion rapide pour pénétrer ces versets et nous les approprier, les rendre opératoires dans notre existence spirituelle et matérielle.

 

Premier temps : Quelle est la raison d’être de cette nuée de témoins ?

 

Nous trouvons la réponse claire dans notre verset, introduit sans ambiguïté par la conjonction « puisque », dont vous savez depuis l’école primaire (autrefois !) qu’elle introduit une subordonnée conjonctive de cause

 

-         Premier but visé : Rejeter tout fardeau et le péché. La présence de ces témoins est donc un encouragement à « lâcher prise » comme on dit aujourd’hui dans le jargon du « développement personnel ». Nous avons chanté souvent « Entre tes mains j’abandonne tout ce que j’appelle mien ». Le fardeau fait partie de nous souvent et nous le trimballons sur notre dos partout.  Posons nos valises car nous avons de beaux exemples qui vont nous y aider. Aucun fardeau n’est trop lourd pour ne pas pouvoir être déposé ! Mais au-delà du fardeau, les témoins sont là pour que nous rejetions aussi la cause du fardeau, le péché dont il est dit qu’il nous enlace si facilement – idée de freiner la marche, de bloquer les mouvements… - S’alléger le corps et l’esprit car els deux vont ensemble. Le deuxième aspect est d’ailleurs sous cet angle là.

 

-         Deuxième but visé : Courir avec persévérance l’épreuve proposée. Une fois allégés, nous sommes alors en mesure de courir sans entraves. La métaphore de la course est courante dans le Nouveau Testament car elle est culturellement populaire. L’athlétisme est dans le monde hellénique une école corporelle et spirituelle (on court nu pour n’être gêné par rien). Cette course doit s’appuyer sur la persévérance, donc dans la durée d’une nouvelle vie. Il s’agit d’une épreuve, pas d’un petit jogging amateur. Nous sommes engagés par notre repentance lors de notre conversion, nous somme sur la liste des concurrents et nous devons tout mettre en œuvre pour achever la course, sinon nous n’aurons pas le prix, nous aurons couru pour rien. (Ceci mériterait une étude approfondie car c’est beaucoup moins simple qu’on ne le croit !). Notre vie avec Dieu demande effort et volonté, ce n’est pas une vie de repos, de farniente et de facilité, ce qui ne veut absolument pas dire que ce soit douleurs et ennuis nécessaires. Le bonheur est le but du chrétien, pas la souffrance. Les témoins sont là pour nous aider quand le moral tombe.

 

-         Troisième but visé : Fixer les yeux sur Jésus. Si les témoins peuvent nous aider, ils ne sauraient remplacer le seul qui a payé le prix et nous a ouvert la voie. Ils peuvent cependant grandement nous encourager à regarder à Christ à travers leurs vies, leurs combats et leurs histoires.

 

Deuxième temps : Qui sont donc ces témoins en nuée autour de nous ?

 

Là aussi je vois quatre types de témoins que je ne hiérarchiserais pas, malgré leur position différente.

1.      Les « héros de la foi » du chapitre XI des Hébreux. Ils sont la référence première par leur rassemblement dans ce texte. Ce chapitre est un beau poème à la gloire de la foi, il a une force de construction par le procédé de l’anaphore « Moi, Président de la République… »). Ici  c’est le « C’est par la foi que… »  vient nous donner une interprétation particulière de ces personnages bibliques que sont Abel, Hénoch, Abraham et les autres. Mais attention à ne pas en faire des images pieuses ! Ce ne sont que des hommes qui, de surcroît, n’ont pas obtenu gain de cause dans leur espérance, comme le dit les versets 13 et 39 du chapitre 11 :

 

«  C’est selon la foi que tous ceux-là sont morts, sans avoir obtenu les choses promises ; cependant, ils les ont vues et saluées de loin… »

 

«  Et tous ceux-là, qui avaient reçu par leur foi un bon témoignage, n’ont pas obtenu ce qui avait été promis. »

 

Tous ces héros ont vécu dans un temps de révélation incomplète, souvent très personnelle, où la loi et le salut étaient collectifs (Israël)

 

2 . Tous les personnages de la Bible sont là pour témoigner de quelque chose qui peut nous enseigner et ce serait bien dommage de réduire la liste à Hébreux 11. Merci à tous ces croyants moins célèbres qui apparaissent au détour d’un récit, parfois une seule fois, dans une seule phrase. Tel centenier romain ou tel soldat du roi David. La Bible, véritable bibliothèque fourmille d’exemples, de « témoins » qu’il nous appartient d’exploiter. Les personnages du Nouveau testament nous enseignent autrement car ils sont sous une autre alliance et apportent une relation intime avec Jésus

 

3 . Mais au-delà de ce que contient la Bible ; il faut aussi, de mon point de vue, ajouter tous les « saints » de tous les temps chrétiens. Certes, nous protestants, nous n’adhérons pas au culte des saints tels que l’Eglise catholique le pratique. Mais est-ce une raison pour ne pas être encouragé par la vie de ces hommes et femmes de Dieu qui ont mené le bon, combat et achevé l’épreuve en vainqueur. Augustin est un géant de la foi. François d’Assises est un homme exceptionnel par sa vision et sa vie. Il existe une multitude de croyants de toutes dénominations qui ont vécu des vies de consécration et d ‘amour. Qu’ils soient canonisés ou non n’a aucune importance : ils sont dans la nuée de témoins.

 

4 . Mais au-delà, les frères et sœurs que nous avons côtoyés ou côtoyons peuvent être pour nous aussi des témoins qui nous encouragent. J’ai eu le privilège de rencontrer et accompagner dans ma vie chrétienne des hommes et des femmes de Dieu, anonymes, simples et pourtant dégageant la puissance de Dieu par leur vie. Leurs noms, leurs visages et leurs actions restent gravés à jamais dans ma mémoire. Ils sont membres de cette nuée de témoins.

 

Extrait du texte de David Wilkerson :

« Comme je considère cette nuée de témoins, je vois les visages d’anciens toxicomanes et alcooliques, d’ex-prostituées et homosexuels, d’anciens gangsters et revendeurs de drogue, d’anciens meurtriers et batteurs de femme, d’anciens infidèles et obsédés de pornographie — des multitudes que la société a repoussées. Ils se sont tous repentis et sont morts dans les bras de Jésus, et maintenant ils sont les témoins de la miséricorde et la patience d’un Père aimant. »

http://www.pasteurdaniel.com/index.php/fr/?option=com_content&view=article&id=3483:08-une-nuee-de-temoins-lorsque-le-saint-esprit-vient-l-etat-paien-de-l-inquietude-ministere-de&catid=91:messages&Itemid=54

attention ! la traduction est littérale et parfois très mauvais !

 

Troisième temps : Comment s’appuyer sur cette nuée de témoins ?

 

1 . D’abord en connaissant au mieux les exemples de la Bible, en la lisant aussi sous cet angle-là. Nous allons y rencontrer la nuée de témoins et Dieu nous fortifie et nous aide par l’exemple d’un seul d’entre eux, selon notre cheminement.

2.     En s’inspirant ensuite de ces exemples. Entendons-nous bien, nous ne sommes pas de pâles imitateurs sans personnalité, il ne s’agit pas de singer Moïse ou Paul, cela n’a aucun intérêt et serait même dangereux. J’ai connu des chrétiens mal encadré qui pensaient pouvoir renouveler les expériences surnaturelles de Paul ou des autres apôtres. Il faut de la sagesse en ce domaine. Ces témoins sont des source d’inspiration, des références positives, mais le seul modèle du chrétien, comme son nom l’indique, est le Christ, qui nous rend accessible le divin.

3.     En gardant donc les regards sur Jésus en même temps que sur la nuée de témoins. C’est un peu comme sur nos ordinateurs où nous pouvons maintenant avoir une fenêtre ouverte sur le bureau et suivre deux choses en même temps. Notre fenêtre principale est Jésus, la nuée de témoins est la fenêtre secondaire. La lecture de l vie des hommes de Dieu ne remplacera jamais la prière et la méditation de l’Evangile, amis elle peut la compléter.

 

Il s’agit en fait d’un triangle à maintenir actif en permanence.

 

triangle-de-ledification.jpg

 

Le triangle de l’édification

 

 

Voici un beau programme de marche personnelle en vue d’une croissance spirituelle, et dans lequel l’église locale, les frères et sœurs et Jésus trouvent toute leur place pour nous faire approcher Dieu qui demeure inconnaissable par notre être limité durant notre « pèlerinage terrestre » pour reprendre une vieille expression biblique.

 

Jean-Michel Dauriac

Laisser un commentaire
Page suivante »

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^