Mensonge et vérité dans l’actualité et regard chrétien

11 octobre 2009 à 6:46 | Dans Bible et vie, dans l'actualité | Laisser un commentaire



 

 

 

 

Introduction :

 

Le mensonge est officiellement rejeté par la morale de notre société mais en fait il est le principe actif de celle-ci, sous divers noms : arrangement, combine, rumeurs, calomnies…

La vérité est officiellement révérée, mais en réalité, elle est crainte est souvent réprimée. On « s’arrange » avec la vérité comme avec le mensonge, grâce à des maximes diverses, comme « Toute vérité n’est pas bonne à dire » ou « La vérité est toujours relative », ou « à chacun sa vérité », citant Pascal et Montaigne à l’appui.

 

« Vérité en deçà des Pyrénées, fausseté au-delà. »

 

 

On peut aussi rappeler l’ancienne et très belle chanson de Guy Béart, « La vérité ».

 

« Un jeune homme à cheveux longs grimpait le Golgotha
La foule sans tête
Etait à la fête
Pilate a raison de ne pas tirer dans le tas
C’est plus juste en somme
D’abattre un seul homme.
Ce jeune homme a dit la vérité
Il doit être exécuté. »

 

Il faut dire dès le début de ce culte que ces positions de compromis ne sont absolument pas compatibles avec la Bible, et que le comportement d’un homme ou d’une femme qui se dit «chrétien» ne peut fonctionner sur ces principes. Rappelons simplement pour dire d’où nous parlerons un texte des propos de Jésus.

 

Matthieu 5 :37 :

 

« Quand vous parlez, dites Oui ou Non: tout le reste vient du Malin. » (TOB)

 

Nous avons donc cette exigence appliquée à notre propre comportement, mais elle s’applique tout autant au monde qui nous entoure. Nous ne pouvons accepter les mensonges et les demi-vérités  d’autrui sans en devenir complices. Nous devons absolument traquer les mensonges où qu’ils se trouvent et quelque désagréable que cela soit, et simultanément avoir une parole de vérité. Nous allons nous intéresser rapidement à quelques aspects du mensonge de la vérité dans l’actualité récente. Nous procéderons en trois thèmes qui nous permettront de survoler plusieurs aspects de l’actualité des dernières semaines.

 

 

·       Mensonge et vie politique

·       Mensonge et peur sur la société

·       Mensonge et avenir de l’humanité

 

 

 

L’actualité politique et petit ou grand arrangements avec la vérité

Commençons au niveau mondial :

 

Le fameux G. 20 et son sommet de Londres : nous allions assister à une véritable refonte du capitalisme, nos dirigeants avaient compris quels étaient leur rôles et plus rien ne serait comme avant. Mais, très bizarrement, dans le texte final adopté à l’issue de la rencontre, tout est mis au conditionnel ou au mieux au futur ; aucun présent de l’indicatif ne vient apporter de décisions immédiates et concrètes.

 

g20-londres-2009.jpg

 

 

Six mois plus tard sur quelques points sont repris au dernier G. 20 de Pittsburgh, tenu le 25 septembre, nous pouvons clairement voir qu’il nous a été raconté pour le moins des histoires.

·         Les paradis fiscaux devaient être éradiqués ; une liste noire a été dressée, mais très rapidement vidée de l’essentiel de son contenu à la demande des grands pays du G. 20 qui contrôlent des paradis fiscaux, comme les États-Unis ou le Royaume-Uni. La demande de transparence du secret bancaire, illustrée par les listes de noms revenus de Suisse, 3000 en ce qui concerne la France et 4000 pour les États-Unis s’avère être pour l’essentiel peu fructueuse. Il ne faut pas avoir peur pour les milliardaires du monde et pour les fraudeurs fiscaux de gros calibre.

·         Le cadrage des fonctionnements bancaires et le plafonnement des rémunérations : en France comme aux États-Unis, on en est resté à des voeux pieux qui ne s’imposent nullement à la profession bancaire. Le gouvernement français a même pris une loi dont le contenu ridicule a été souligné par toute la presse : comme dirait Shakespeare, « beaucoup de bruit pour rien ». Aux États-Unis, les banques viennent de rembourser très rapidement les sommes qui avaient été versées par le gouvernement fédéral, afin de pouvoir reprendre le « business as usual », le train-train comme avant, comme le titrait le New York Times il y a quelques semaines.

·         Les bonus des petits génies de la bourse, les traders : le G. 20 de Pittsburgh a adopté un principe à la fois inapplicable et inefficace, le versement sur trois ans des bonus des traders, pour pouvoir vérifier la réussite de leurs stratégies. Mais, en pratique nous pouvons être sûrs que rien ne changera, puisque sur le fond le président Obama s’oppose, au nom du libéralisme américain, à toute mesure contraignante. Les rodomontades de notre président sont donc purement théâtrales.

·         Nous pourrions continuer longtemps l’analyse des différentes mesures proposées depuis un an pour vérifier que pour l’essentiel elles sont, soit vides de sens, soit oubliées, soit purement mensongères.

Or il s’agit là de la réunion des dirigeants des 20 plus grands pays du monde.

 

 

Les promesses politiques de campagne

 

 

·         Commençant par les tests ADN qui devaient être pratiqués systématiquement sur tous les étrangers en situation irrégulière, et là aussi on allait voir ce qu’on allait voir. Fin septembre, le ministre en charge de l’immigration, Éric Besson, annonce au détour d’une conférence de presse que ce principe est abandonné, car il est tout simplement inapplicable et inutile. Or il s’agissait là d’une promesse de campagne du candidat Sarkozy destiné à capter l’électorat du Front National et les xénophobes de tout poil.

·         « Travailler plus pour gagner plus », ce slogan a connu une fortune médiatique énorme, résumant tout l’aspect social du candidat Sarkozy et de son camp, voulant à la fois réhabiliter le travail et sanctionner la paresse dont le chômeur est la vibrante illustration. Deux ans et demi plus tard, alors qu’une loi a été adoptée, qu’en est-il ? Ceci ne profite absolument pas aux catégories les plus défavorisés mais plutôt à certains fonctionnaires et au personnel de grosses entreprises qui peuvent utiliser les heures supplémentaires comme variable d’ajustement. Ceux qui gagnent plus ne sont pas ceux qui en avaient le plus besoin. Par contre, chaque mois s’ajoutent des milliers de chômeurs ; le mois de septembre devrait apporter au moins 40 000 nouveaux noms sur la liste du chômage. Bien sûr la crise est là, pour expliquer cet effondrement de l’emploi, mais que peuvent comprendre ceux qui sont broyés dans leur vie et leur dignité de travailleurs quand, depuis des semaines, hommes politiques et médias nous expliquent que nous sortons de la crise et que les indicateurs redeviennent positifs. Qui ment ?

·         Revaloriser le travail, peut-on le croire quand on voit combien il est payé 1 l de lait ou un kilo de légumes à un paysan ?

·         terminons par l’affaire « Clearstream » (ce qui veut dire littéralement courant clair en anglais, non pour le moins mal choisi). Nous avons ici l’affaire du mensonge au plus haut niveau de l’État, avec dans les protagonistes un président de la république, un ancien premier ministre et des hauts fonctionnaires ou PDG d’entreprises majeures. Le principal mis en cause, M.Lahoud change de version tous les jours, donc ment tout le temps. Quant aux autres protagonistes, bien malin qui pourra détecter la vérité.

 

Ephésiens  4 :25

 

C’est pourquoi, rejetez le mensonge et que chacun de vous parle avec vérité à son prochain; car nous sommes membres les uns des autres. 

 

Le mensonge et la peur dans notre société

 

 

Ici, nous pouvons survoler rapidement de thèmes toujours actuels.

·         L’insécurité et l’immigration : actuellement tous les syndicats de police affirment qu’on demande avant tout de « faire du chiffre » en ce qui concerne à la fois la déclaration des crimes et délits et leur résolution. La meilleure illustration de cette pression inepte est la montée en puissance des gardes à vue : car une garde à vue, correspond à la fois à une infraction et à sa résolution. Le résultat est net : en 2008,1 % de la population française a été mis en garde à vue ! Cela peut arriver à n’importe qui, lors d’un contrôle d’identité ou routier, ou pour tout autre événement ordinaire de la vie. Notre pays ne devient pas chaque jour plus dangereux, mais tout tend à nous le faire croire.

jungle-de-calais2.jpg

 

·         Toujours dans l’ordre de la manipulation : Éric Besson, ministre de l’immigration, fait raser la « jungle » de Calais. À quoi cela sert-il sur le fond ? Les immigrants clandestins iront simplement ailleurs construire une autre jungle. Chaque année le ministre et ses services doivent expulser un nombre déterminé de clandestins, présentés comme un danger social et économique. Mais en pratique, on expulse souvent des gens qui ont un travail, paient des impôts et scolarisent leurs enfants sans avoir aucun problème avec la société française. Où est la vérité ?

 

Le but de toutes ces manipulations est de créer de la peur pour ensuite mieux apparaître comme les défenseurs de l’ordre et de la sécurité.

 

 

·       La grippe A H1N1

 

Depuis maintenant trois mois nous assistons à une formidable opération associant les médias d’information et le gouvernement, en France, autour du thème d’une épidémie de grippe qui a d’abord été appelée « mexicaine », puis « porcine » et finalement d’une très poétique et médicale appellation  H1N1. Il ne se passe pas un jour sans que l’un ou l’autre des grands médias ne vienne apporter sa contribution à ce qui apparaît bien comme une opération de désinformation sur laquelle il est intéressant de revenir. Pourquoi tout ce tapage ?

La première réponse peut-être tout simplement : « pour notre bien et notre santé ». Je laisse chacun juge d’un intérêt est aussi constant de nos dirigeants pour notre santé, quand on voit comment ils traitent la sécurité sociale.

La seconde réponse peut-être tout simplement politique : la peur de l’erreur, comme en 2003 avec la canicule. Je cite le psychologue, Christophe André, auteur d’un livre intitulé « Psychologie de la peur ».

 

« Les politiques veulent à tout prix éviter les erreurs de la canicule — qui a, en fait, surtout révélé la solitude des personnes âgées –, et les médias trouvent là une bonne info pour retenir les spectateurs devant l’écran ou vendre du papier, et aucun ne semble prêt à dire : « Stop, attendons que la grippe soit là pour en parler. » Mais si cela prend dans le public, c’est aussi que toutes ces manipulations culturelles réveillent en lui des peurs dormantes, celle de l’épidémie, du microbe des maladies infectieuses, dont qu’ils pensaient être débarrassés. » Extrait de « La Vie », numéro 3343, 24 septembre 2009.

 

vaccination-grippe.jpg

 

 

La troisième réponse peut-être posée sous une forme de question que j’emprunte à l’hebdomadaire cité ci-dessus : « À qui profite la peur ? ». La réponse est multiple mais on peut résumer la réponse à : « à ceux qui peuvent tirer du profit de la grippe. » Il faut dans ce cas-là tourner les regards vers les laboratoires pharmaceutiques, qui vont vendre des millions de doses de vaccin, dont la plupart seront livrés après le pic épidémique et donc obsolètes ; mais aussi dans ce cas d’espèce, songer aussi à tous les fabricants de matériel de sécurité sanitaire, masques, gants et autres produits désinfectants. La psychose génère  du chiffre d’affaires. Un autre spécialiste, Claude Hannoun, chercheur de l’institut Pasteur, révèle que les deux précédentes grandes pandémies grippales, celle de 1918 et celles de 1968 sont quasiment passées inaperçues en termes de médias :

 

« C’est qu’un événement, si dramatique soit-il, n’est perçu que lorsqu’il est repris par les médias. Même la grippe de 1918, avec ses 20 millions de morts, a très vite été enterrée. Un historien américain a parlé à son propos de la “pandémie oubliée ». Catastrophique sur le moment, comme son pic a coïncidé avec la victoire du 11 novembre 1918, elle est passée inaperçue. À Paris, les cortèges funéraires faisaient la queue au Père — Lachaise, mais la ville était en liesse et les gens pensaient moins à leur propre mort qu’au soulagement de la fin de la guerre. » Extrait de « La Vie », numéro 3343, 24 septembre 2009

 

Nous avons donc bien d’affaires à une construction médiatico-politique qui sert les intérêts de tous : les médias, en créant un phénomène d’audience captive, les politiques, en valorisant leur rôle et en détournant l’attention des masses de la situation conjoncturelle économique catastrophique. On peut dire que cette grippe est bienvenue.

Souvenons-nous que la même tentative a été faite il y a quelques années avec la fameuse grippe aviaire et que ce fut un échec patent.

 

Phillipiens  4 : 5-7

 

5  Que votre douceur soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. 

6  Ne vous inquiétez de rien; mais, en toutes choses, par la prière et la supplication, avec des actions de grâces, faites connaître à Dieu vos demandes. 

7  Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos coeurs et vos pensées en Christ-Jésus.

 

 

Mensonge, écologie et avenir de l’homme sur la terre

 

 

Parmi les grandes manipulations dont l’actualité fait grand usage, nous ne pouvons passer sous silence le phénomène des « Grenelle ».

 

Le Grenelle de l’environnement : c’était une des promesses du candidat Sarkozy, ce fut une de ses premières réalisations, lancée lors de l’été 2007. Tout le ban et l’arrière ban de ce que comptait l’écologie dans la société dite civile (ce qui n’a aucun sens propre si on analyse les termes) fut donc invité à préparer des questions et à se réunir sous présidence multi-ministérielle. Deux ans après, l’enthousiasme est retombé et le gouvernement est obligé de nous bombarder une campagne de presse pour maintenir l’intérêt de la chose. Dans la réalité, les belles intentions affichées ont soit été oubliées soit même piétinées allègrement. La majorité des participants écologistes reconnaît aujourd’hui avoir été en grande partie manipulée. Peu importe, l’agitation médiatique est passée, le Grenelle de l’environnement a joué son rôle. La seule véritable nouveauté qui touchera les Français est un nouvel impôt.

On a ensuite multiplié les « Grenelle » : de la mer, de la famille, des ondes… toujours avec des résultats infimes, mais un gros tapage médiatique.

 

 

La taxe carbone est en effet directement issue des promesses du candidat Sarkozy reprenant les propositions de Nicolas Hulot. Là aussi, celui qui analyse les propositions dans le détail verra aisément qu’il y a pour le moins mensonge par omission. En effet, la taxe carbone, comme la contribution pour les personnes âgées issue de la canicule, ne touchera qu’une partie de la population, ce qu’on appelle les ménages. Les grandes entreprises et les administrations publiques ne seront nullement touchées ; les agriculteurs et les transporteurs routiers sont prêts à engager un bras de fer pour ne pas être concernés. Les avions de chasse et ceux de la flotte gouvernementale paieront-ils la taxe carbone ? Il ne restera donc que les Français ordinaires, qui sont, individuellement, les plus petits émetteurs de CO2 dans l’atmosphère.

 

 

Le réchauffement climatique est aussi un des sujets les plus abondamment utilisés, par les médias comme par les politiques. Là aussi, à partir d’une réalité difficilement niable, il y a manipulation de cette vérité et mensonge éhonté de ceux même qui nous prêchent la bonne parole. Ainsi, monsieur le ministre Boorlo, en charge de l’environnement, s’est-il rendu avec un avion rempli de journalistes pour un périple de quelques heures, donnant lieu à d’abondantes photographies, au Groenland pour constater de visu l’accélération de la fonte des glaciers. Gaspillage qui contredit tout le discours qu’on nous serine à longueur de journée. De même, les déplacements de notre président donnent lieu à une débauche d’énergie tant physique qu’humaine qui piétine totalement la préservation de la durabilité environnementale. Voici quelques informations livrées par un journal dont l’indépendance ne saurait être contestée, « le Canard enchaîné », dans son édition du 16 septembre 2009.

 

 

« Le discours qu’a prononcé Sark, le 10 septembre, pour justifier la taxe carbone était furieusement écolo. Mais son déplacement, lui, s’est soldé par un bilan vertigineux de CO2. Pour se rendre à Culoz et à Artemare, dans l’Ain (plus de 1000 km, aller-retour, depuis Paris), le Président en a produit une cinquantaine de tonnes. Soit autant qu’une flotte de 350 voitures de moyenne cylindrée sur une distance équivalente. »

 

 

Ainsi donc, les propos sont-ils toujours démentis par les actes.

 

 

Dans cette épineuse question de l’environnement et de la pollution, nous devons nous poser la question : qui nous a menti autrefois ? Qui ment aujourd’hui ? L’Apocalypse est-elle vraiment pour demain, ou les prophètes de malheur ont-ils intérêt à noircir la situation pour justifier les mesures les plus autoritaires possibles à venir ?

 

 

Y aura-t-il assez de terres cultivables pour nourrir toute la population de la Terre en 2050 ? L’eau est-elle en quantité inépuisable ? Mangera-t-on encore du poisson dans 30 ans ? Toutes ces questions appellent des réponses de vérité. À qui faire confiance ?

 

Conclusion : entre mensonges par omission et mensonges avérés, vérités frelatées et discours ambigus, où est la parole droite ?

 

texte d’André Dumas

 

«  Notre Dieu, donne-nous la joie de ta discipline. Tu connais l’impétuosité de nos envies et la marée de nos frustrations. Tu connais la façon que nous avons de farder le mal en bien, de déguiser nos complaisances en légèretés et d‘arriver ainsi à confondre ce qui nous plaît avec ce qui nous convient.

Peux-tu, ô Dieu, reconstruire nos vies dans la bonté et la beauté de ta discipline, si bien que ta loi devienne le garde-fou de nos folies et non pas la censure de nos plaisirs, si bien que nous en arrivions à remercier pour tout cela même qui, au premier abord, nous rebute et nous attriste.

Ô Dieu, nous consacrons nos vies à la grâce d’observer ta loi. Amen. « 

 

 

Laisser un commentaire

Le prix Nobel de la paix n’avait pas besoin de ce coup bas!

11 octobre 2009 à 6:33 | Dans dans l'actualité, coups de gueule | Laisser un commentaire

Ainsi ce que j’ai cru, vendredi à midi, être un canular est bien vrai: Monsieur Barack Obama, ci-devant président des Etats-Unis d’Amérique est Prix Nobel de la paix 2009!

obama.jpg

Ce malheureux Prix reçoit un coup fatal de plus. Qui peut encore croire à sa valeur quand on regarde son palmarès? Il est urgent de changer son nom. Je propose de l’apppeler Prix Nobel de l’Opportunisme Conjoncturel (PNOC!).

Regardez cette liste et amusez-vous à séparer le bon grain de l’ivraie, vous verrez qu’il y aura pas mal de déchets.

1901
Henry Dunant (Suisse), fondateur du Comité international de la Croix-Rouge et promoteur de la Convention de Genève.
Frédéric Passy (France), fondateur et président de la Société française pour l’arbitrage entre nations.
1902
Élie Ducommun (Suisse) et Charles Albert Gobat, secrétaires honoraires du Bureau international permanent de la Paix à Berne.
1903
Sir William Randal Cremer (Royaume-Uni), secrétaire de la Ligue internationale d’Arbitrage .
1904
Institut de Droit international (Gand, Belgique).
1905
Baronne von Suttner, née Comtesse Kinsky von Chinic und Tettau (Autriche), écrivain, président honoraire du Bureau international permanent de la Paix.
1906
Theodore Roosevelt (États-Unis), président des États-Unis, pour son aide lors des négociations de paix dans la Guerre russo-japonaise.
1907
Ernesto Teodoro Moneta (Italie), président de la Ligue lombarde pour la paix. Louis Renault (France), professeur de droit international.
1908
Klas Pontus Arnoldson (Suède), fondateur de la Ligue suédoise pour la paix et l’arbitrage.
Fredrik Bajer (Danemark), président honoraire du Bureau international permanent de la paix.
1909
Auguste Marie Francois Beernaert (Belgique), membre de la Cour internationale d’arbitrage. Paul Henri Benjamin Balluet d’Estournelles de Constant, Baron de Constant de Rebecque (France), fondateur et président du groupe parlementaire français du Comité de défense des intérêts nationaux et de conciliation internationale
1910
Bureau international permanent de la Paix, (Berne).
1911
Tobias Michael Carel Asser (Pays-Bas), initiateur de la Conférence de droit international privé à La Haye.
Alfred Hermann Fried (Autriche), fondateur de Die Waffen Nieder.
1912
Elihu Root (États-Unis), pour l’initiative de plusieurs accords d’arbitrage.
1913
Henri La Fontaine (Belgique), président du Bureau international permanent de la Paix.
1914-1916
Ces années-là, le prix n’a pas été attribué.
1917
Comité international de la Croix-Rouge, Genève.
1918
Cette année-là, le prix n’a pas été attribué.
1919
Woodrow Wilson (États-Unis) pour avoir fondé la Société des Nations.
1920
Léon Bourgeois, président du conseil de la Société des Nations.
1921
Karl Hjalmar Branting (Suède), premier ministre suédois, délégué au Conseil de la Société des Nations.
Christian Lous Lange (Norvège), secrétaire général de l’Inter-Parliamentary Union
1922
Fridtjof Nansen (Norvège), délégué norvégien à la Société des Nations, à l’origine des passeports Nansen pour les réfugiés.
1923-1924
Ces années-là, le prix n’a pas été attribué.
1925
Sir Austen Chamberlain (Royaume-Uni) pour les accords de Locarno.
Charles Gates Dawes (États-Unis), président de la Commission de réparation alliée et créateur du Plan Dawes.
1926
Aristide Briand (France) pour les accords de Locarno .
Gustav Stresemann (Allemagne) pour les accords de Locarno.
1927
Ferdinand Buisson (France), fondateur et président de la Ligue des droits de l’Homme.
Ludwig Quidde (Allemagne), délégué à de nombreuses conférences de paix.
1928
Cette année-là, le prix n’a pas été attribué.
1929
Frank Billings Kellogg (États-Unis) pour le Pacte Briand-Kellogg.
1930
Archevêque Nathan Söderblom (Suède), leader du mouvement œcuménique.
1931
Jane Addams (États-Unis), présidente de la Ligue internationale féminine pour la paix et la liberté
Nicholas Murray Butler (États-Unis) pour sa promotion du Pacte Briand-Kellogg.
1932
Cette année-là, le prix n’a pas été attribué.
1933
Sir Norman Angell (Ralph Lane) (Royaume-Uni), écrivain, membre du Comité exécutif de la Société des Nations et du Conseil national de la Paix.
1934
Arthur Henderson (Royaume-Uni), président de la Conférence sur le désarmement de la Société des Nations
1935
Carl von Ossietzky (Allemagne), journaliste pacifiste.
1936
Carlos Saavedra Lamas (Argentine), président de la Société des Nations et médiateur dans le conflit entre le Paraguay et la Bolivie.
1937
Vicomte Cecil of Chelwood (Lord Edgar Algernon Robert Gascoyne Cecil), fondateur et président de l’International Peace Campaign.
1938
Office international Nansen pour les réfugiés, Genève.
1939-1943
Ces années-là, le prix n’a pas été attribué.
1944
Comité international de la Croix-Rouge (attribué rétroactivement en 1945).
1945
Cordell Hull (États-Unis) pour sa participation à la création des Nations unies.
1946
Emily Greene Balch (États-Unis), présidente honoraire de la Ligue féminine internationale pour la paix et la liberté
John Raleigh Mott (États-Unis), président du Conseil international missionnaire et de l’Association des jeunes hommes chrétiens
1947
The Friends Service Council (Royaume-Uni) et The American Friends Service Committee (États-Unis), pour la Religious Society of Friends, plus connus sous le nom de Quakers.
1948
Cette année-là, le prix n’a pas été attribué.
1949
Lord John Boyd Orr of Brechin (Royaume-Uni), directeur de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), président du Conseil national pour la paix et de l’Union mondiale des organisations pour la paix.
1950
Ralph Bunche pour sa médiation en Palestine (1948).
1951
Léon Jouhaux (France), président de l’International Committee of the European Council, vice président de l’International Confederation of Free Trade Unions, vice président de la World Federation of Trade Unions, membre du ILO Council, délégué des Nations unies.
1952
Albert Schweitzer (France) pour la création de l’hôpital Lambarene au Gabon.
1953
George Catlett Marshall (États-Unis) pour le Plan Marshall.
1954
Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.
1955-1956
Ces années-là, le prix n’a pas été attribué.
1957
Lester Bowles Pearson (Canada), président de la 7e session de l’assemblée générale des Nations unies.
1958
George Henri Pire (Belgique), dirigeant de l’Europe du cœur au Service du Monde - une organisation d’aide aux réfugiées.
1959
Philip J. Noel-Baker (Royaume-Uni), pour toute son œuvre en faveur de la paix et de la coopération internationale.
1960
Albert John Lutuli (Afrique du Sud), président de l’ANC (African National Congress).
1961
Dag Hjalmar Agne Carl Hammarskjöld (Suède), secrétaire général des Nations unies (récompense posthume).
1962
Linus Pauling (États-Unis) pour sa campagne contre les essais d’armes nucléaires.
1963
Comité international de la Croix-Rouge , Genève.
Ligue de la Croix Rouge, Genève.
1964
Martin Luther King (États-Unis), pour sa campagne en faveur des droits civils.
1965
Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF)
1966-1967
Ces années-là, le prix n’a pas été attribué.
1968
René Cassin (France), président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.
1969
Bureau international du travail (B.I.T.), Genève.
1970
Norman Borlaug (États-Unis), pour ses recherches au sein de l’International Maize and Wheat Improvement Center.
1971
Willy Brandt (Allemagne - RFA), pour sa politique de rapprochement avec l’Europe de l’Est et l’Allemagne de l’Est (Ostpolitik)
1972
Cette année-là, le prix n’a pas été attribué.
1973
Henry Kissinger (États-Unis) et LeDuc Tho (il a refusé le prix) pour l’accord de paix au Viêt Nam.
1974
Séan Mac Bride (Irlande), président du Bureau international pour la paix (Genève) et de la Commission de Namibie des Nations unies.
Eisaku Sato (Japon), premier ministre, pour son rôle dans le traité de non-prolifération des armes nucléaires.
1975
Andrei Sakharov (URSS) pour sa campagne en faveur des droits de l’homme.
1976
Betty Williams et Mairead Corrigan, fondateurs de Northern Ireland Peace Movement (renommé plus tard Community of Peace People).
1977
Amnesty International, Londres.
1978
Anouar el-Sadate (Égypte) et Menachem Begin (Israël) pour les négociations de paix entre l’Égypte et Israël.
1979
Mère Teresa (Inde), pour son action au service des « plus pauvres parmi les pauvres ».
1980
Adolfo Perez Esquivel (Argentine), leader du mouvement en faveur des droits de l’homme.
1981
Bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.
1982
Alva Myrdal (Suède) and Alfonso García Robles (Mexique), délégués des Nations unies à l’Assemblée Générale sur le Désarmement.
1983
Lech Walesa (Pologne), fondateur de Solidarnosc et défenseur des droits de l’homme.
1984
Mgr. Desmond Tutu (Afrique du Sud) pour sa lutte contre l’apartheid.
1985
Internationale des médecins contre la guerre nucléaire, Boston.
1986
Elie Wiesel (États-Unis).
1987
Oscar Arias Sanchez (Costa Rica) pour être l’instigateur des négociations de paix en Amérique Centrale.
1988
Forces de maintien de la Paix (Les “Casques Bleus”) des Nations unies, New York.
1989
Tenzin Gyatso, le 14e Dalaï Lama.
1990
Mikhaïl Gorbatchev (URSS) pour sa participation dans l’arrêt de la Guerre froide.
1991
Aung San Suu Kyi (Birmanie), leader de l’opposition et avocat des droits de l’homme.
1992
Rigoberta Menchu Tum (Guatemala), pour sa campagne en faveur des droits de l’homme, et plus particulièrement son soutien aux populations indigènes.
1993
Nelson Mandela (Afrique du Sud) et Frederik Willem De Klerk (Afrique du Sud) pour l’abolition de l’apartheid.
1994
Yasser Arafat (Palestine), Shimon Peres (Israël) et Yitzhak Rabin (Israël) pour leur avancée remarquable dans les négociations de paix entre Israël et la Palestine.
1995
Joseph Rotblat (Pologne/Royaume-Uni) et la conférence de Pugwash sur la Science et les Affaires Mondiales, pour leurs efforts en faveur du désarmement nucléaire.
1996
Carlos Felipe Ximenes Belo (Timor oriental) et Jose Ramos-Horta (Timor oriental) pour leur travail lors de la recherche d’une résolution pacifique et équitable du conflit au Timor oriental.
1997
Campagne internationale pour l’interdiction des mines antipersonnel et Jody Williams (États-Unis) pour leur travail pour l’éradication des mines anti-personnel.
1998
John Hume (Royaume-Uni) et David Trimble (Royaume-Uni) pour leurs efforts dans la recherche d’une solution pacifique au conflit d’Irlande du Nord.
1999
Médecins sans frontières, Bruxelles.
2000
Kim Dae Jung (Corée du Sud) pour son travail pour la démocratie et les droits de l’homme, et en particulier pour la paix et la réconciliation avec la Corée du Nord.
2001
Les Nations unies et leur secrétaire général Kofi Annan (Ghana)
2002
Jimmy Carter, ancien président des États-Unis, pour ses efforts en faveur de la paix, de la démocratie, des droits de l’homme et du développement économique et social dans le monde.
2003
Shirin Ebadi, première femme à devenir juge en Iran, elle œuvre pour la défense des droits des femmes et des enfants dans une société musulmane ultra conservatrice, et fournit une aide juridique aux personnes persécutées.
2004
Wangari Maathai, militante écologiste kényane, fondatrice en 1977 du « Mouvement de la ceinture verte », principal projet de plantation d’arbres en Afrique qui vise à promouvoir la biodiversité, tout en créant des emplois pour les femmes et en valorisant leur image dans la société.
2005 
Agence internationale de l’énergie atomique et son directeur Mohamed ElBaradei  Égypte pour leurs efforts contre la prolifération des armes nucléaires.
2006 
Muhammad Yunus  Bangladesh ainsi que la banque Grameen Bank, suite à leur participation au développement important du principe du micro-crédit.

2007

L’ancien vice-président américain Al Gore, 59 ans, ancien candidat démocrate à la présidentielle américaine en 2000, et au GIEC, Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, pour leurs efforts visant à accroître les connaissances sur le changement climatique.

2008

Martti Ahtisaari, ancien président finlandais, pour “ses efforts qui ont contribué à un monde plus pacifique et à la ‘fraternité entre les nations’ dans l’esprit d’Alfred Nobel”.

 Le choix de Barack Obama est une insulte à tous ceux qui oeuvrent dans l’ombre à une vraie pacification du monde, dans la douleur et la fragilité de l’anonymat, comme au Rwanda, au Libéria, en Sierra Leone, dans les pays d’Orient, en Chine…  Non que cet homme ne soit estimable et digne de pouvoir y avoir droit un jour. mais, à cette date, qu’a-t-il accompli? RIEN. Tout est promesses et paroles. Un Prix Nobel vient d’être décerné sur des intentions. Dont on peut très pragmatiquement douter qu’elles aillent au bout de leur réalisation quand on connaît l’Histoire et les Etats-Unis. Ce vote est typiquement un chèque en  blanc sur “l’espérance folle” pour reprendre Guy Béart. L’humanité est à ce point désemparée qu’il ne lui reste plus qu’à espérer qu’un homme providentiel vienne et repeigne le quotidien infâme aux couleurs de l’arc-en-ciel!

Quand on étudie attentivement la liste ci-dessous, nous constatons qu’il est le troisième président en activité (et le quatrième) à être récompensé, mais sans avoir rien accompli. L’étude de la liste montre aussi une tendance à récompenser très souvent les institutions internationales, pour des actions que le recul a rendu dérisoires. Ce Prix n’est pas crédible, il est même dangereux pour la paix du monde, en renvoyant une mauvaise caricature.

 

Pour l’année prochaine, je propose d’attribuer le prix à Nicolas Sarkozy pour ” son action intensive de pacification prophylactique des banlieues et “jungles” françaises” , comme cela le ridicule aura atteint son Zénith!

Laisser un commentaire

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^