Traité de savoir-survivre de Philippe Val

31 juillet 2007 à 11:54 | Dans les livres: essais, les critiques |

Traité de savoir-survivre par temps obscurs

 

Philippe Val                                                                                                                                                              Grasset – 241 pages

                                                                                                                                                                                            Paris – 2007

 

traite-de-savoir-survivre-p.jpg

 

Ce livre est le « palais idéal du facteur Cheval » de Philippe Val. J’entends par là qu’il y a mis tout ce qu’il a récolté comme petits et gros cailloux tout au long de son existence. Et en cela le projet est estimable. Mais en cela seulement.

 

Car ce livre est, de mon avis de lecteur habitué à lire des essais, un livre soit raté, soit inutile, ce qui, dans les deux cas est assez dommage pour l’auteur et pour les lecteurs qui ont passé des heures à le lire.

 

Le projet, d’abord, n’est absolument pas clair. Le titre est sans doute une référence à l’auteur fétiche de Val, Spinoza. Mais l’analogie s’arrête là. Il serait bien sûr injuste d’exiger de Val qu’il atteigne à la grandeur de Spinoza, et ce n’est pas du tout ainsi que je juge le livre. Mais même Spinoza est trahi dans ce livre . En premier lieu par l’absence de rigueur dans la construction, en second lieu par l’absence de vrai projet.

 

Car la vraie question qui m’a occupé durant toute la lecture fut : « Où veut-il en venir ? ». Un livre n’a de sens que s’il est identifiable, si, lorsque nous le refermons, la dernière page lue, nous pouvons in petto nous le résumer d’une phrase ou deux. Or, ici cela est proprement impossible. Le titre pouvait laisser croire qu’il y aurait une ligne de conduite sur les « temps obscurs » , mais ceux-ci ne sont jamais définis. Les rares allusions permettent cependant de voir que les idées politiques de Val se rapprochent du néant. Il est « démocrate », c’est tout ! Ce qui n’a aucun sens historique, car Staline et Mao étaient démocrates aussi. En fait Val n’a plus aucune vision de ce monde et de ces temps qui sont effectivement « obscurs ». Mais pour lui la seule obscurité vient de la religion et de la nature. Une seule idée traverse tout le livre et aurait pu servir à construire un vrai traité : le rôle de la force naturelle qu’il appelle l’ « espèce », qui est l’animalité physique de tous les être vivants complexes. A cette espèce tyrannique, il oppose la culture et la civilisation, mais sans prendre le temps ou la peine d’ordonner ses idées ; Des notations impressionnistes parsèment le livre, mais tout cela ne fait pas un construit solide. Le premier chapitre donne d’ailleurs la clé de ce désordre. Philippe Val s’y définit comme un autodidacte qui a construit un savoir au fil de ses nombreuses lectures. Or, ce qui caractérise souvent les autodidactes est l’incapacité à organiser leur pensée, alors même qu’elle peut s’avérer intéressante et originale. Ce livre en est un bonne illustration.

 

Ainsi la réfexion est placé sous un double patronnage intellectuel majeur, celui de Baruch de Spinoza et de Sigmund Freud. Pour Val, ce sont deux génies qui ont fondé le monde moderne et libéré l’homme de tous les dieux et les traditions. Ce n’est évidemment pas faux d’un point de vue athée matérialiste, mais un juif pratiquent ou un catholique érudit auront un tout autre point de vue sans qu’il soit plus faux  que celui de notre auteur. Si la pensée de Spinoza est incontestablement une pensée majeure de l’Occident, à côté de celles de Saint-Augustin, Thomas d’Aquin, Montaigne ou Marx, on peut se montrer plus sceptique sur l’apport de Freud, une fois l’engouement initial passé. Certains concepts et outils  sont incontestables, comme le rôle de l’inconscient ou la définition des troubles mentaux et comportementaux. Par contre les interprétations sont discutables et Val en reprend certaines sans nuances, ce qui ne peut que faire sourire. Mais, encore un fois, il y avait là un parrainage dual qui donnait matière à une réflexion intéressante. En réalité cette occasion est ratée. Il manque vraiment une pensée qui pense l’ensemble, une pensée qui ait conscience de la nécessité de penser le tout, comme le répète à satiété Val. Au bout du compte, il ne reste qu’un patchwork extrêmement inégal qui part dans tous les sens. Le lecteur qui aurait acheté le livre sur son titre en sera donc pour ses frais, car il n’aura pas là matière à mieux survivre, même s’il aura pu glaner quelques idées et quelques jolies formules au cours de sa lecture. Pour ce faire, il aura dû également avaler des chapitres de niveau terminale littéraire faible, comme celui sur la pédophilie ou le langage de la nature, voire des parties tout bonnement insignifiantes, du style « Comment la foi vient aux athées » ou « Gauche et droite face à l’espèce ». Au final les bons passages, comme « La mélancolie » ou « La fragilité » sont noyés dans l’insipide général.

 

Ce livre ressemble donc à la fois au « Palais Idéal » et au brouillon du livre qu’il pourrait être. Il est d’ailleurs surprenant qu’une maison d’éditions réputée comme Grassetr ait laissé passer cela ; il y a là confirmation que le monde éditorial est lui aussi gangréné par la recherche du profit à court terme et n’a plus beaucoup d’ambition intellectuelle, à quelques heureuses et notables exceptions. C’est un livre-foutoir où l’auteur juxtapose aussi bien un  étalage de savoir tout neuf qui fait « nouveau riche » et une banalité de pensée qui fait pitié. Au total un traité à éviter.

 

Jean-Michel Dauriac – Juillet 2007

Pas encore de commentaires »

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Laisser un petit (ou un grand!) commentaire

XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

Powered by WordPress with Pool theme design by Borja Fernandez.
Entries and comments feeds. Valid XHTML and CSS. ^Top^